Pollution et Solutions

Comment le mercure se retrouve-t-il dans le poisson ?

L'activité humaine est la principale responsable de l'augmentation des niveaux de mercure dans les fruits de mer - voici comment cela se produit et ce que nous pouvons faire.

Presque tous les fruits de mer contiennent du mercure, un métal naturel enfoui profondément dans la croûte terrestre. À température ambiante, le mercure élémentaire est assez dangereux ; quelques gouttes seulement peuvent contaminer une pièce entière. Lorsqu’il est chauffé, l’élément devient un gaz inodore et incolore qui peut parcourir de grandes distances avant d’être absorbé dans les plans d’eau. Il peut également pénétrer dans les lacs, les rivières et les océans lorsque les déchets ou le ruissellement des activités humaines se déversent dans les biomes environnants.

Ici, nous explorons comment ce métal dangereux s’échappe des roches pour polluer les habitats aquatiques. Nous détaillons également les mesures que nous pouvons prendre pour éliminer le mercure des écosystèmes marins, améliorant ainsi la santé des animaux marins et de l’océan.

Mercure et l’environnement

Mercure sort de la Terre et pénètre dans les créatures vivantes de plusieurs manières. Bien que les incendies de forêt et les volcans libèrent des gaz toxiques dans l’atmosphère, la cause la plus importante est l’activité humaine, qui représente près des deux tiers de tout le mercure rejeté dans l’environnement.

Chaque année aux États-Unis, la combustion de combustibles fossiles rejette 160 tonnes de mercure dans l’atmosphère. Finalement, il retourne sur Terre sous l’effet des précipitations, des dépôts atmosphériques ou des forces gravitationnelles et est transféré dans l’océan. Les recherches estiment qu’entre 80 000 et 450 000 tonnes de mercure polluent nos océans, dont environ 66 % se trouvent dans les eaux moins profondes.

Processus agricoles ; déchets municipaux, industriels et médicaux ; et la combustion du bois ou de tout déchet contenant du mercure peut également libérer la toxine dans l’air. C’est ce qu’on appelle la pollution diffuse.

Le mercure peut également pénétrer dans les environnements par le biais de sources ponctuelles directes où les usines, notamment les usines de papier et les fabricants de batteries, ou les opérations minières rejettent le produit chimique dans les habitats marins voisins. Le mercure peut également contaminer l’eau douce lorsque les ingénieurs inondent les terres pour créer des réservoirs d’énergie hydroélectrique. À mesure que les plantes et les arbres gorgés d’eau se décomposent, l’environnement pauvre en oxygène qui en résulte permet aux bactéries de se développer, et ces micro-organismes combinent le mercure élémentaire ou inorganique avec le carbone pour créer du méthylmercure.

Qu’est-ce que le méthylmercure ?

Le méthylmercure est un composé neurotoxique de mercure et de carbone qui se bioaccumule dans la chaîne alimentaire marine. Lorsque les humains consomment du mercure, c’est presque toujours sous cette forme.

Sous cette forme composée, le méthylmercure peut se fixer à de minuscules particules présentes dans l’eau et le sol des habitats aquatiques, où il s’accumule et s’accumule dans le réseau trophique. Selon les Centers for Disease Control, c’est cette substance dangereuse en particulier que les scientifiques voient s’accumuler dans les créatures vivantes – des coraux aux poissons, en passant par les oiseaux et les humains.

Exposition au poisson et au mercure

Le tilefish contient des niveaux élevés de mercure.
Le tilefish contient des niveaux élevés de mercure.

Étant donné que l’activité anthropique rejette une grande quantité de mercure dans l’atmosphère, presque toute la vie aquatique du monde contient des traces de mercure ainsi que d’autres contaminants appelés polluants organiques persistants. Une étude réalisée en 2009 par le service géologique des États-Unis a révélé la présence de mercure dans chaque poisson échantillonné dans 291 cours d’eau à travers le pays ; un quart des poissons testés présentaient des niveaux de mercure supérieurs aux directives de consommation humaine.

Le mercure est également hautement bioaccumulable, ce qui signifie que les concentrations de cet élément augmentent simplement parce que les créatures vivantes l’absorbent dans leur environnement. Une fois libéré dans un plan d’eau, le mercure se fixe aux cellules adipeuses des poissons, traverse les membranes lipidiques des cellules et se propage dans les tissus environnants.

A lire aussi :  Les particules sont-elles un problème grave ?

Parce qu’il se lie très bien aux protéines et aux acides aminés présents dans les muscles du poisson, le mercure remonte rapidement la chaîne alimentaire. Les petits poissons mangent des particules contenant du mercure ; Ensuite, ces poissons sont mangés par des poissons plus gros où le mercure des petits poissons fusionne, augmentant d’environ un facteur 10 à chaque étape du processus. Plus le poisson vit longtemps, plus il retient le mercure.

La Food and Drug Administration (FDA) (Administration des aliments et des médicaments) répertorie les principales espèces de prédateurs, notamment le poisson-tuile, l’espadon, les requins et le chinchard royal, parmi les poissons présentant les niveaux de mercure les plus élevés. En revanche, les pétoncles, les palourdes et les crevettes qui se nourrissent de fond ont les niveaux les plus bas. Les poissons exposés à l’élément méthylé peuvent rencontrer plusieurs problèmes, notamment une toxicité pour la reproduction, des déficiences congénitales et des perturbations du système nerveux.

Bien que les effets de la consommation de mercure sur les humains aient été largement étudiés, son impact sur les poissons et les écosystèmes aquatiques n’a pas fait l’objet du même niveau d’investigation. Pourtant, les recherches limitées décrivent comment le mercure peut endommager les gènes, les cellules et les protéines des poissons, provoquant de profonds changements dans leur comportement, leur croissance et leur survie.

Exposition des humains et du mercure

Les personnes exposées au mercure en mangeant du poisson contaminé, en travaillant dans des mines de mercure ou par d’autres moyens souffrent de problèmes de santé similaires. Que ce soit par la consommation alimentaire ou la pollution de l’air, le mercure est presque entièrement absorbé dans la circulation sanguine puis distribué rapidement dans tous les tissus du corps. La plus grande quantité de poison s’accumule dans le cerveau, c’est pourquoi le mercure est considéré comme une toxine neurologique.

Avec une demi-vie estimée entre 39 et 80 jours, les niveaux de toxine peuvent s’accumuler dans le corps humain au fil du temps, tout comme chez le poisson.

Réduire l’exposition au mercure

Pour ceux qui ont la préférence et le privilège d’éviter de manger du poisson, réduire l’exposition au mercure liée à la consommation de poisson est assez simple. Pour les trois milliards de personnes dans le monde qui dépendent des fruits de mer pour leur survie, il est difficile d’imaginer que le conseil pour éviter l’exposition au mercure soit simplement de manger du poisson avec modération. Mais sans intervention gouvernementale mondiale, manger moins de poisson pourrait être le seul moyen pour les consommateurs d’éviter les niveaux nocifs de cette toxine omniprésente.

Ce n’est qu’en réduisant la quantité de mercure introduite dans l’atmosphère que les humains pourront réduire la quantité de mercure présente dans les poissons. Heureusement, des recherches menées à l’Institut international du développement durable dans la région des lacs expérimentaux ont révélé que lorsque le mercure n’est plus ajouté à un écosystème, celui-ci peut guérir, réduisant ainsi la quantité de mercure consommée par les humains. Cette guérison peut cependant varier considérablement d’un plan d’eau à l’autre ; le temps de réponse dans une partie du monde peut être très différent d’ailleurs.

Des changements positifs sont néanmoins en cours : 138 parties ont ratifié un traité international appelé Convention de Minamata sur le mercure. L’initiative vise à #makemercuryhistory et à maintenir les gens en bonne santé en réduisant le nombre de neurotoxines rejetées dans l’environnement. Les efforts comprennent la limitation du mercure dans les produits de consommation (y compris les crèmes pour le visage éclaircissantes), l’interdiction de la construction de mines de mercure supplémentaires et le contrôle des rejets de mercure dans l’air, l’eau et le sol.

L’Environmental Protection Agency (EPA) a également publié de nouvelles normes contrôlant les émissions des centrales électriques brûlant des combustibles fossiles, et ces efforts ont fait une différence significative dans les résultats pour la santé des personnes touchées par l’exposition au mercure. Depuis 2015, date à laquelle les normes sur le mercure et les substances toxiques de l’air sont entrées en vigueur, les réglementations ont permis d’éviter 130 000 crises d’asthme, 4 700 crises cardiaques et 11 000 décès prématurés.

A lire aussi :  Causes, effets et solutions de la pollution industrielle sur notre environnement

Les déchets municipaux et médicaux incinérés étaient autrefois une source importante d’émissions de mercure, mais grâce aux réglementations fédérales et étatiques, ces émissions ont été presque éliminées. L’EPA a également défini le critère du méthylmercure pour les tissus de poisson (lignes directrices pour les niveaux acceptables de mercure dans le poisson) ainsi que les programmes de financement pour nettoyer les sites contaminés.

Restaurer la santé des océans

Les processus qui éliminent le mercure des habitats aquatiques peuvent jouer un rôle dans la réhabilitation des océans mondiaux. Le traitement le plus courant, le plus fiable et le plus abordable est la coagulation/filtration, qui utilise du sulfate d’aluminium pour consolider le mercure inorganique et le méthylmercure en un solide qui peut être retiré de l’eau et éliminé sommairement dans un site de déchets dangereux. D’autres procédés incluent l’osmose inverse, l’adoucissement à la chaux et le charbon actif.

Les chercheurs se sont également inspirés d’autres formes de vie aquatique pour débarrasser l’océan du mercure. Comme tous les métaux lourds, le mercure est mortel pour les coraux car les créatures marines absorbent très facilement cette substance. En 2015, une équipe de scientifiques a utilisé cette notion pour inventer un corail synthétique composé de nanoplaques d’oxyde d’aluminium qui, grâce au biomimétisme, peut réellement éliminer le mercure de l’eau en attirant les particules métalliques, tout comme le ferait un corail biologique.

La contamination par le mercure est indéniablement l’un des plus grands problèmes environnementaux auxquels l’humanité est confrontée, et même si des progrès considérables ont été réalisés en matière d’élimination du mercure présent dans les fruits de mer, sans une diligence mondiale, les humains sont toujours confrontés à des niveaux d’exposition croissants. Les activités anthropiques telles que l’agriculture industrielle et la déforestation peuvent potentiellement perturber le stockage à long terme du mercure dans les sols, créant ainsi une autre source potentielle de pollution par le mercure. Sans mesures supplémentaires et rapides pour restaurer les habitats océaniques à leur niveau historique de mercure, l’avenir des écosystèmes marins – et, par extension, de toute vie sur Terre – pourrait être gravement menacé.

Questions fréquemment posées

Dans quelle mesure le mercure est-il nocif dans le poisson ?

Le mercure présent dans le poisson est nocif pour les poissons et pour les personnes qui en consomment. Il s’agit d’une neurotoxine puissante qui peut affecter le développement du cerveau des enfants et des fœtus. C’est pourquoi l’EPA recommande de limiter la consommation de poisson à des concentrations plus élevées et de manger plutôt des palourdes, des crevettes et des pétoncles qui ont des niveaux d’exposition plus faibles.

Tous les poissons contiennent-ils du mercure ?

Selon la FDA, presque tous les crustacés et poissons contiennent au moins des traces de mercure.

Quel poisson a le moins de mercure ?

Les petits poissons comme les anchois, le maquereau bleu, le poisson-chat, la plie, l’aiglefin, le mulet, la plie, la goberge et le saumon ainsi que les crustacés comme les palourdes, le crabe, les écrevisses et les huîtres ont les niveaux les plus bas de contamination par le mercure, selon les directives diététiques de la FDA pour Les Américains.

Bouton retour en haut de la page