Ecosystème

Effets et solutions pour réduire l’impact des voyages aériens sur l’environnement

L’avion est en effet mauvais pour la planète car il contribue au réchauffement climatique, à la pollution et laisse une énorme empreinte carbone. Les avions fonctionnent au kérosène, qui, en brûlant, libère une grande quantité de dioxyde de carbone et d’autres gaz dans l’atmosphère. Même si l’aviation n’est pas une industrie importante, elle a un impact considérable sur le système climatique.

L’industrie aéronautique est l’une des sources de gaz carbonique dans l’atmosphère qui connaît la plus forte croissance. Les avions sont importants pour l’économie à divers égards : importations, exportations, tourisme et affaires. Mais l’importance de l’industrie s’accompagne d’effets néfastes, qui continuent d’affecter le climat sans que rien ou presque ne soit fait, en raison de l’énorme croissance de l’industrie et de l’absence d’alternative au kérosène comme carburant.

De plus, l’empreinte carbone laissée sur la planète par un seul vol contribue fortement au réchauffement climatique. Et pour ne rien arranger, l’utilisation accrue de l’avion dans les voyages en raison de son efficacité et du fait qu’il permet aux voyageurs de gagner du temps n’arrange pas les choses.

Le taux élevé de combustion du carburant augmente la quantité d’émissions de carbone, ce qui a une incidence directe sur l’érosion de la couche d’ozone et entraîne donc le réchauffement de la planète.

Effets du transport aérien sur l’environnement

1. Émission de gaz à effet de serre

Les moteurs des avions brûlent du carburant pour émettre du dioxyde de carbone, de la vapeur d’eau, des oxydes d’azote, du monoxyde de carbone et de la suie. Les oxydes d’azote émis par les avions contribuent au réchauffement de la planète et sont des polluants dans la basse atmosphère alors qu’ils détruisent la couche d’ozone stratosphérique en haute altitude.

L’impact des carbones libérés par les avions n’est pas négligeable si l’on considère que les émissions sont réalisées à une altitude plus élevée et plus rapidement.

Les émissions à haute altitude représentent un plus grand danger car elles déclenchent une série de réactions chimiques et les effets atmosphériques couvrent des zones plus larges. On a même constaté que les voyages en avion ont un impact environnemental plus important par kilomètre que d’autres formes de transport comme la voiture. Alors même que d’autres industries bénéficient d’améliorations significatives en matière de niveaux d’émissions, celles de l’industrie aéronautique stagnent.

2. La pollution sonore

La pollution sonore résultant de l’industrie aéronautique peut être considérée comme discutable. En effet, le bruit produit par les avions est de courte durée. Cependant, les personnes résidant ou se trouvant à proximité des aéroports sont très affectées par le bruit.

Parmi les effets négatifs auxquels ces personnes sont confrontées, citons les troubles du sommeil, les effets sur les performances et les interférences avec la communication, ainsi que les effets cardiovasculaires et psychologiques.

Le bruit d’un avion relève de la responsabilité de l’exploitant de l’aéroport, qui doit donc veiller à ce que des mécanismes appropriés soient mis en place pour établir, surveiller et assurer le fonctionnement des dispositifs d’isolation acoustique.

3. Les traînées de condensation à l’origine du réchauffement de la planète

Les traînées de condensation, c’est-à-dire la vapeur d’eau dégagée par les avions, emprisonnent la chaleur qui, autrement, serait libérée par la terre. Cela entraîne un réchauffement de la planète. Selon des études, les vols de nuit provoquent davantage le réchauffement de la planète que les vols de jour, car les traînées de condensation aident à réfléchir la lumière du soleil pendant la journée.

A lire aussi :  Qu'est-ce que cela signifie pour un écosystème d'être durable ?

Les traînées de condensation dans le ciel se condensent à des altitudes plus élevées et peuvent s’étendre jusqu’à deux kilomètres de l’endroit où elles ont été réalisées. Elles ont tendance à retenir la chaleur qui, autrement, serait évacuée de la terre, contribuant ainsi grandement au réchauffement de la planète.

Solutions pour réduire l’impact du transport aérien sur l’environnement

1. Mise en place d’une réglementation

Comme solution à la dégradation de l’environnement du fait du transport aérien, la réglementation du secteur est nécessaire. L’Autorité civile internationale (OACI) a proposé en 2016 le système de compensation et de réduction du carbone pour l’aviation internationale (CORSIA) qui donne aux compagnies aériennes des restrictions sur les émissions de carbone. Si la limite est dépassée, les compagnies aériennes achètent alors des compensations auprès d’autres secteurs.

Cependant, cette mesure n’a pas donné les résultats escomptés en raison de la complexité de la réglementation des compagnies aériennes, laissant ainsi la responsabilité de la réglementation du nombre d’émissions de carbone au protocole de Kyoto, dont la responsabilité est limitée aux vols intérieurs.

La question de la réglementation du secteur de l’aviation doit donc être traitée comme une autre politique de transport et sa cohérence doit être maintenue afin de protéger le climat. Pour que les réglementations et les politiques puissent être mises en place, la coopération internationale devrait être renforcée pour atteindre son efficacité.

2. Utilisation de la technologie

Pour faire face au problème de l’impact climatique de l’industrie aéronautique, la technologie peut être utilisée dans la conception et les systèmes des avions pour les rendre plus efficaces. Une percée dans l’utilisation d’un autre type de carburant plus écologique, comme les biocarburants, l’hydrogène, les panneaux solaires et les batteries, pourrait sauver le monde de la dégradation de l’environnement par les moteurs d’avion fonctionnant au kérosène.

Toutefois, le rythme auquel ces progrès sont réalisés ne peut être comparé au rythme auquel le nombre de passagers achète des billets. De plus, le fait que les avions doivent transporter leur propre carburant est un problème qui devrait être traité et pour lequel il faudrait étudier les problèmes d’ingénierie et trouver une solution.

3. Programmes de compensation des émissions de carbone

Faire payer le nombre de gaz à effet de serre émis dans l’air par les avions pourrait contribuer grandement à décourager la pollution. Ces redevances devraient être payables par les compagnies aériennes pour chaque tonne de serres émises. Comme pour les autres opérateurs de transport, cela oblige les compagnies aériennes à payer pour la pollution qu’elles causent, ce qui les limite à de plus faibles quantités d’émissions car cela a un prix.

Outre le coût des émissions, le gouvernement peut également ajouter des coûts environnementaux et sociaux. La plupart des compagnies aériennes ont adopté ce principe et ont mis en place des projets qui contribuent à compenser leur empreinte carbone.

A lire aussi :  Les récifs coralliens sont-ils des ingénieurs de l'écosystème ?

Il existe un mécanisme qui permet de calculer la quantité d’empreinte carbone créée par un vol et l’argent généré par la compensation permet aux compagnies aériennes de lancer des projets de protection de l’environnement.

4. Utiliser des moyens alternatifs

L’un des moyens les plus efficaces de réduire l’empreinte carbone consiste à prendre l’avion moins souvent. Cela signifie que lorsque d’autres moyens de transport sont disponibles, un individu n’est pas obligé de prendre l’avion.

Au contraire, si la majorité des gens préfèrent conduire ou prendre le train pour se rendre à destination, les compagnies aériennes consommeront moins de carburant. Prendre des vacances qui ne sont pas si lointaines pourrait également contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

5. Utilisation de programmes informatiques pour réduire la pollution sonore

Afin de prévenir la pollution sonore des aéroports dans leur voisinage, des programmes informatiques peuvent être utilisés pour simuler les opérations des aéronefs afin d’identifier les zones qui sont sujettes à de telles perturbations.

Pour résoudre ce problème, il est possible de prédire l’ampleur des niveaux de bruit à l’aide du modèle international du bruit. Ce modèle est largement utilisé pour déterminer l’empreinte sonore d’un certain nombre d’avions dans des conditions météorologiques moyennes.

6. Optimisation des routes de vol

Dans un souci de protection du climat, l’optimisation des routes aériennes peut réduire les effets négatifs des vols. L’une des meilleures stratégies consiste à établir un plan de vol qui évite les conditions météorologiques entraînant la formation de nuages.

En limitant la formation de nuages, on contribue à la libération du rayonnement terrestre dans l’espace, ce qui entraîne un effet de refroidissement. Avec une formulation appropriée des itinéraires, la protection du climat par les avions peut être réalisée. De plus, les compagnies aériennes dont les itinéraires polluent moins peuvent être facturées moins cher pour les certificats de pollution.

7. Invention de sources d’énergie alternatives

Les moteurs d’avion, contrairement aux autres moteurs, n’ont pas d’autre alternative plus écologique comme l’utilisation de l’énergie solaire ou d’autres énergies renouvelables. Les progrès technologiques dans le secteur pourraient conduire à des avions électriques qui émettent moins et sont plus économes en carburant. Cependant, le secteur reste négligent en matière d’environnement.

Par exemple, la plupart des sites web des compagnies aériennes font peu de cas de la protection de l’environnement ou n’ont absolument rien à voir avec l’environnement. De même, les ONG qui s’occupent de l’environnement sont réticentes en la matière. Cette négligence peut être attribuée à une concentration énorme sur les profits réalisés par les compagnies aériennes, qui a permis au secteur de continuer à se développer sans tenir compte de l’impact négatif des vols sur la planète.

Bouton retour en haut de la page