Eau

Pollution de l’eau : Tout ce qu’il faut savoir

Nos rivières, réservoirs, lacs et mers sont noyés sous les produits chimiques, les déchets, le plastique et d’autres polluants. Voici pourquoi et ce que vous pouvez faire pour aider.

Qu’est-ce que la pollution de l’eau ?

Il y a pollution de l’eau lorsque des substances nocives – souvent des produits chimiques ou des micro-organismes – contaminent un ruisseau, une rivière, un lac, un océan, un aquifère ou une autre masse d’eau, dégradant la qualité de l’eau et la rendant toxique pour l’homme ou l’environnement.

Ce problème généralisé de pollution de l’eau met en péril notre santé. L’eau insalubre tue chaque année plus de personnes que la guerre et toutes les autres formes de violence réunies. Par ailleurs, nos sources d’eau potable sont limitées : Moins de 1 % de l’eau douce de la planète nous est accessible. Si rien n’est fait, les problèmes ne feront que s’aggraver d’ici 2050, date à laquelle la demande mondiale en eau douce devrait être supérieure d’un tiers à ce qu’elle est aujourd’hui.

Quelles sont les causes de la pollution de l’eau ?

L’eau est particulièrement vulnérable à la pollution. Connue sous le nom de « solvant universel », l’eau est capable de dissoudre plus de substances que n’importe quel autre liquide sur terre. C’est la raison pour laquelle nous avons du Kool-Aid et des chutes d’eau d’un bleu éclatant. C’est aussi la raison pour laquelle l’eau est si facilement polluée. Les substances toxiques provenant des fermes, des villes et des usines s’y dissolvent et s’y mélangent facilement, provoquant la pollution de l’eau.

Voici quelques-unes des principales sources de pollution de l’eau dans le monde :

Agriculture

Le secteur agricole est non seulement le plus gros consommateur des ressources mondiales en eau douce, puisque l’agriculture et l’élevage utilisent environ 70 % des réserves d’eau de surface de la planète, mais il est également un grave pollueur de l’eau. Partout dans le monde, l’agriculture est la principale cause de dégradation de l’eau. Aux États-Unis, la pollution agricole est la première source de contamination des cours d’eau, la deuxième dans les zones humides et la troisième dans les lacs. Elle est également l’une des principales sources de contamination des estuaires et des eaux souterraines. Chaque fois qu’il pleut, les engrais, les pesticides et les déjections animales des fermes et des élevages entraînent des nutriments et des agents pathogènes, tels que des bactéries et des virus, dans nos cours d’eau. La pollution par les nutriments, causée par un excès d’azote et de phosphore dans l’eau ou dans l’air, est la première menace pour la qualité de l’eau dans le monde et peut provoquer la prolifération d’algues, une soupe toxique d’algues bleu-vert qui peut être nocive pour l’homme et la faune.

Eaux usées

Les eaux usées sont des eaux résiduaires. Elles proviennent de nos éviers, douches et toilettes (pensez aux eaux usées) et des activités commerciales, industrielles et agricoles (pensez aux métaux, solvants et boues toxiques). Le terme englobe également le ruissellement des eaux pluviales, qui se produit lorsque les pluies transportent les sels de voirie, l’huile, la graisse, les produits chimiques et les débris des surfaces imperméables dans nos cours d’eau

Selon les Nations unies, plus de 80 % des eaux usées de la planète retournent dans l’environnement sans être traitées ou réutilisées ; dans certains pays moins développés, ce chiffre atteint 95 %. Aux États-Unis, les installations de traitement des eaux usées traitent environ 34 milliards de gallons d’eaux usées par jour. Ces installations réduisent la quantité de polluants tels que les agents pathogènes, le phosphore et l’azote dans les eaux usées, ainsi que les métaux lourds et les produits chimiques toxiques dans les déchets industriels, avant de rejeter les eaux traitées dans les cours d’eau. C’est à ce moment-là que tout se passe bien. Mais selon les estimations de l’EPA, les systèmes de traitement des eaux usées de notre pays, vieillissants et facilement débordés, rejettent également plus de 850 milliards de gallons d’eaux usées non traitées chaque année.

Pollution par les hydrocarbures

Les grandes marées noires font peut-être la une des journaux, mais les consommateurs sont responsables de la grande majorité de la pollution pétrolière dans nos mers, y compris le pétrole et l’essence qui s’écoulent chaque jour de millions de voitures et de camions. En outre, près de la moitié du million de tonnes de pétrole qui se retrouve chaque année dans les milieux marins ne provient pas de déversements de pétroliers, mais de sources terrestres telles que les usines, les exploitations agricoles et les villes. En mer, les déversements des pétroliers représentent environ 10 % des hydrocarbures présents dans les eaux du monde entier, tandis que les activités régulières de l’industrie du transport maritime – par le biais de rejets légaux et illégaux – contribuent à hauteur d’un tiers environ. Le pétrole est également libéré naturellement sous le plancher océanique par des fractures connues sous le nom de suintements.

Substances radioactives

Les déchets radioactifs sont des pollutions qui émettent des radiations au-delà de ce qui est naturellement libéré par l’environnement. Ils sont générés par les mines d’uranium, les centrales nucléaires, la production et les essais d’armes militaires, ainsi que par les universités et les hôpitaux qui utilisent des matières radioactives pour la recherche et la médecine. Les déchets radioactifs peuvent persister dans l’environnement pendant des milliers d’années, ce qui fait de leur élimination un défi majeur. Prenons l’exemple du site de production d’armes nucléaires déclassé de Hanford, dans l’État de Washington, où le nettoyage de 56 millions de gallons de déchets radioactifs devrait coûter plus de 100 milliards de dollars et durer jusqu’en 2060. Les contaminants libérés accidentellement ou éliminés de manière inappropriée menacent les eaux souterraines, les eaux de surface et les ressources marines.

Catégories de pollution de l’eau

Pour lutter contre la pollution et protéger l’eau, nous devons comprendre d’où vient la pollution (source ponctuelle ou source diffuse) et le type de masse d’eau qu’elle affecte (eaux souterraines, eaux de surface ou eaux océaniques).

D’où vient la pollution ?

Pollution ponctuelle

Lorsque la contamination provient d’une seule source, on parle de pollution ponctuelle. Il s’agit par exemple des eaux usées (également appelées effluents) rejetées légalement ou illégalement par un fabricant, une raffinerie de pétrole ou une installation de traitement des eaux usées, ainsi que de la contamination due à des fuites de fosses septiques, à des déversements de produits chimiques et de pétrole et à des décharges illégales. L’EPA réglemente la pollution ponctuelle en fixant des limites à ce qui peut être rejeté par une installation directement dans une masse d’eau. Bien que la pollution ponctuelle provienne d’un endroit précis, elle peut affecter des kilomètres de voies d’eau et d’océans.

A lire aussi :  Les molécules d'eau rebondissent autour de la Lune. Voici pourquoi.

Source diffuse

La pollution diffuse est une contamination provenant de sources diffuses. Il peut s’agir d’eaux de ruissellement agricoles ou pluviales, ou de débris transportés dans les cours d’eau depuis la terre. La pollution diffuse est la principale cause de pollution des eaux aux États-Unis, mais elle est difficile à réglementer, car il n’y a pas de coupable unique et identifiable.

Transfrontalière

Il va sans dire que la pollution de l’eau ne peut être contenue par une ligne sur une carte. La pollution transfrontalière est le résultat du déversement d’eau contaminée d’un pays dans les eaux d’un autre. La contamination peut résulter d’une catastrophe – comme un déversement de pétrole – ou de la lente progression vers l’aval de rejets industriels, agricoles ou municipaux.

Quel type d’eau est touché ?

Pollution des eaux souterraines

Lorsque la pluie tombe et s’infiltre profondément dans la terre, remplissant les fissures, les crevasses et les espaces poreux d’un aquifère (en fait, un réservoir d’eau souterrain), elle devient de l’eau souterraine – l’une de nos ressources naturelles les moins visibles mais les plus importantes. Près de 40 % des Américains dépendent des eaux souterraines, pompées à la surface de la terre, pour leur approvisionnement en eau potable. Pour certains habitants des zones rurales, il s’agit de leur seule source d’eau douce. Les eaux souterraines sont polluées lorsque des contaminants (pesticides, engrais, déchets lessivés par les décharges et les fosses septiques) pénètrent dans l’aquifère, le rendant impropre à l’utilisation par l’homme. Débarrasser les eaux souterraines des contaminants peut s’avérer difficile, voire impossible, et coûteux. Une fois pollué, un aquifère peut être inutilisable pendant des décennies, voire des milliers d’années. Les eaux souterraines peuvent également propager la contamination loin de la source polluante initiale en s’infiltrant dans les cours d’eau, les lacs et les océans.

Pollution des eaux de surface

Couvrant environ 70 % de la terre, les eaux de surface sont celles qui remplissent nos océans, nos lacs, nos rivières et toutes les autres parties bleues de la carte du monde. Les eaux de surface provenant de sources d’eau douce (c’est-à-dire de sources autres que l’océan) représentent plus de 60 % de l’eau distribuée aux foyers américains. Mais une grande partie de cette eau est en danger. Selon les études les plus récentes de l’Agence américaine pour la protection de l’environnement sur la qualité de l’eau au niveau national, près de la moitié de nos rivières et ruisseaux et plus d’un tiers de nos lacs sont pollués et impropres à la baignade, à la pêche et à la consommation. La pollution par les nutriments, qui comprend les nitrates et les phosphates, est le principal type de contamination de ces sources d’eau douce. Alors que les plantes et les animaux ont besoin de ces nutriments pour se développer, ils sont devenus un polluant majeur en raison des déchets agricoles et du ruissellement des engrais. Les rejets de déchets municipaux et industriels apportent également leur lot de toxines. Il y a aussi tous les déchets que l’industrie et les particuliers déversent directement dans les cours d’eau.

Pollution de l’eau des océans

Quatre-vingt pour cent de la pollution des océans (également appelée pollution marine) provient de la terre, que ce soit le long de la côte ou loin à l’intérieur des terres. Les contaminants tels que les produits chimiques, les nutriments et les métaux lourds sont transportés des fermes, des usines et des villes par les ruisseaux et les rivières jusqu’à nos baies et nos estuaires, d’où ils se dirigent vers la mer. Pendant ce temps, les débris marins, en particulier le plastique, sont transportés par le vent ou par les égouts et les collecteurs d’eaux pluviales. Nos mers sont aussi parfois polluées par des fuites et des déversements d’hydrocarbures, petits et grands, et absorbent constamment la pollution atmosphérique par le carbone. L’océan absorbe jusqu’à un quart des émissions de carbone d’origine humaine.

Quels sont les effets de la pollution de l’eau ?

Sur la santé humaine

En clair, la pollution de l’eau tue : la pollution de l’eau tue. En fait, elle a causé 1,8 million de décès en 2015, selon une étude publiée dans The Lancet. L’eau contaminée peut également rendre malade. Chaque année, l’eau insalubre rend malade environ 1 milliard de personnes. Les communautés à faible revenu sont exposées de manière disproportionnée, car leurs habitations sont souvent les plus proches des industries les plus polluantes.

Les agents pathogènes véhiculés par l’eau, sous la forme de bactéries et de virus pathogènes provenant des déchets humains et animaux, sont une cause majeure de maladie due à l’eau potable contaminée. Les maladies propagées par l’eau insalubre comprennent le choléra, la giardia et la typhoïde. Même dans les pays riches, les rejets accidentels ou illégaux des installations de traitement des eaux usées, ainsi que les eaux de ruissellement provenant des exploitations agricoles et des zones urbaines, introduisent des agents pathogènes nocifs dans les cours d’eau. Aux États-Unis, des milliers de personnes sont atteintes chaque année de la maladie du légionnaire (une forme grave de pneumonie contractée à partir de sources d’eau telles que les tours de refroidissement et l’eau courante), les cas se multipliant de Disneyland en Californie à l’Upper East Side de Manhattan.

Une femme utilise de l'eau en bouteille pour laver son fils de trois semaines dans leur maison à Flint
Une femme utilise de l’eau en bouteille pour laver son fils de trois semaines dans leur maison à Flint

Le sort des habitants de Flint, dans le Michigan, où les mesures de réduction des coûts et la vétusté des infrastructures d’approvisionnement en eau ont provoqué une crise de contamination par le plomb, montre de manière frappante à quel point les polluants chimiques et autres polluants industriels présents dans notre eau peuvent être dangereux. Le problème va bien au-delà de Flint et concerne bien plus que le plomb, car un large éventail de polluants chimiques – des métaux lourds tels que l’arsenic et le mercure aux pesticides et aux engrais à base de nitrates – pénètrent dans nos réserves d’eau. Une fois ingérées, ces toxines peuvent être à l’origine de toute une série de problèmes de santé, allant du cancer au dérèglement hormonal en passant par l’altération des fonctions cérébrales. Les enfants et les femmes enceintes sont particulièrement exposés.

A lire aussi :  L'exploitation minière spatiale pourrait ruiner notre système solaire si nous n'établissons pas de lieux protégés maintenant, préviennent les chercheurs

Même la baignade peut présenter un risque. Selon les estimations de l’EPA, 3,5 millions d’Américains contractent chaque année des problèmes de santé tels que des éruptions cutanées, des conjonctivites, des infections respiratoires et des hépatites à cause des eaux côtières chargées d’eaux usées.

Sur l’environnement

Pour prospérer, les écosystèmes sains reposent sur un réseau complexe d’animaux, de plantes, de bactéries et de champignons qui interagissent tous, directement ou indirectement, les uns avec les autres. Tout dommage causé à l’un de ces organismes peut avoir un effet en chaîne et mettre en péril des environnements aquatiques entiers.

Lorsque la pollution de l’eau provoque une prolifération d’algues dans un lac ou un environnement marin, la prolifération des nutriments nouvellement introduits stimule la croissance des plantes et des algues, ce qui réduit les niveaux d’oxygène dans l’eau. Cette pénurie d’oxygène, connue sous le nom d’eutrophisation, étouffe les plantes et les animaux et peut créer des « zones mortes », où les eaux sont essentiellement dépourvues de vie. Dans certains cas, ces proliférations d’algues nuisibles peuvent également produire des neurotoxines qui affectent la faune, des baleines aux tortues de mer.

Les produits chimiques et les métaux lourds provenant des eaux usées industrielles et municipales contaminent également les voies d’eau. Ces contaminants sont toxiques pour la vie aquatique – réduisant le plus souvent la durée de vie et la capacité de reproduction d’un organisme – et remontent la chaîne alimentaire lorsque le prédateur mange sa proie. C’est ainsi que le thon et d’autres gros poissons accumulent de grandes quantités de toxines, comme le mercure.

Les écosystèmes marins sont également menacés par les débris marins, qui peuvent étrangler, étouffer et affamer les animaux. La plupart de ces débris solides, tels que les sacs en plastique et les canettes de soda, sont entraînés dans les égouts et les collecteurs d’eaux pluviales et finissent par rejoindre la mer, transformant nos océans en une soupe d’ordures et se regroupant parfois pour former des plaques d’ordures flottantes. Les engins de pêche abandonnés et d’autres types de débris sont responsables des dommages causés à plus de 200 espèces marines différentes.

Parallèlement, l’acidification des océans rend la survie des coquillages et des coraux plus difficile. Bien qu’ils absorbent environ un quart de la pollution par le carbone créée chaque année par la combustion des combustibles fossiles, les océans deviennent de plus en plus acides. Ce processus rend plus difficile la construction des coquilles des mollusques et autres espèces et peut avoir un impact sur le système nerveux des requins, des poissons-clowns et d’autres espèces marines.

Que pouvez-vous faire pour prévenir la pollution de l’eau ?

Par vos actions

Nous sommes tous responsables, dans une certaine mesure, du problème de la pollution de l’eau. Heureusement, il existe des moyens simples de prévenir la contamination de l’eau ou du moins d’en limiter la contribution :

  • Découvrez les qualités uniques de l’eau là où vous vivez. D’où vient votre eau ? Les eaux usées de votre maison sont-elles traitées ? Où s’écoulent les eaux pluviales ? Votre région est-elle en proie à la sécheresse ? Commencez à vous faire une idée de la situation afin de découvrir où vos actions auront le plus d’impact – et voyez si vos voisins seraient intéressés à participer !
  • Réduisez votre consommation de plastique et réutilisez ou recyclez le plastique lorsque vous le pouvez.
  • Éliminez correctement les nettoyants chimiques, les huiles et les produits non biodégradables pour éviter qu’ils ne se retrouvent dans les égouts.
  • Entretenez votre voiture pour éviter les fuites d’huile, d’antigel ou de liquide de refroidissement.
  • Si vous avez un jardin, pensez à l’aménager de manière à réduire le ruissellement et évitez d’appliquer des pesticides et des herbicides.
  • Ne jetez pas vos vieux médicaments dans les toilettes ! Jetez-les à la poubelle pour éviter qu’ils ne pénètrent dans les cours d’eau locaux.
  • Faites attention à tout ce que vous déversez dans les égouts pluviaux, car ces déchets ne sont souvent pas traités avant d’être rejetés dans les cours d’eau locaux. Si vous remarquez qu’un égout pluvial est obstrué par des déchets, nettoyez-le pour éviter que ces déchets ne se retrouvent dans l’eau. (Vous contribuerez ainsi à prévenir les inondations de rues en cas de forte tempête).
  • Si vous avez un chiot, n’oubliez pas de ramasser ses excréments.

Avec votre voix

L’un des moyens les plus efficaces de défendre nos eaux est de s’exprimer en faveur de la loi sur l’eau (Clean Water Act), qui a permis de responsabiliser les pollueurs pendant cinq décennies, malgré les tentatives des industries destructrices de vider cette loi de sa substance. Mais nous avons également besoin de réglementations qui tiennent compte des défis modernes, notamment les microplastiques, les PFAS, les produits pharmaceutiques et d’autres contaminants que nos stations d’épuration n’ont pas été conçues pour traiter, sans parler des eaux polluées qui sont déversées sans être traitées.

Dites au gouvernement fédéral, au Corps des ingénieurs de l’armée américaine et à vos élus locaux que vous soutenez la protection de l’eau et les investissements dans les infrastructures, comme le traitement des eaux usées, les programmes d’élimination des tuyaux en plomb et les infrastructures écologiques qui réduisent les eaux de ruissellement. Découvrez également comment vous et votre entourage pouvez participer au processus d’élaboration des politiques. Nos voies d’eau publiques sont au service de chacun d’entre nous. Nous devrions tous avoir notre mot à dire sur la manière dont ils sont protégés.

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page