Déforestation

Qu’est-ce que le boisement ? Définition, exemples, avantages et inconvénients

Le boisement vise à créer des forêts afin d'augmenter la capture du carbone. Cela semble simple, mais cela fonctionne-t-il ?

Le boisement consiste à planter des arbres dans des zones où il n’y a pas eu récemment de couvert végétal, afin de créer une forêt. Le type de terrain planté peut inclure des zones qui se sont transformées en désert (par désertification), des endroits qui ont longtemps été utilisés comme pâturages, des champs agricoles désaffectés ou des zones industrielles.

Les principaux objectifs du boisement sont de servir de méthode pour réduire le CO2 atmosphérique, d’augmenter la qualité du sol et d’éviter ou d’inverser la désertification. Les forêts créées par le boisement fournissent également un habitat à la faune locale, créent des brise-vent, favorisent la santé des sols et peuvent également contribuer à l’amélioration de la qualité de l’eau. Le boisement est considéré comme l’un des moyens les plus « naturels » et les plus simples sur le plan technologique de réduire les émissions de dioxyde de carbone.

Boisement et reboisement

Le boisement et le reboisement ont de nombreux points communs – ils ont tous deux pour objectif d’augmenter le nombre d’arbres – mais il existe quelques différences essentielles :

  • Le boisement consiste à planter des arbres là où il n’y en a pas eu récemment.
  • Le reboisement consiste à planter des arbres dans des zones actuellement boisées, mais qui ont perdu des arbres à cause d’incendies, de maladies ou de coupes à blanc pour l’exploitation forestière
  • Le reboisement et le boisement peuvent tous deux être réalisés lorsqu’une zone a été déboisée. La déforestation est due à des raisons à court terme, comme l’exploitation forestière ou les incendies, ou à des raisons à long terme, comme la disparition de forêts depuis longtemps afin de faire paître le bétail ou de cultiver des plantes pour l’agriculture.

Définition du boisement

Le boisement consiste généralement à planter des arbres sur des terres agricoles ou autres qui ont été abandonnées en raison de la mauvaise qualité du sol ou du surpâturage. Au fil du temps, le sol s’est appauvri et il n’y pousse plus grand-chose. Les zones urbaines abandonnées, telles que les terrains qui ont été déboisés pour construire des bâtiments qui ne sont plus là, peuvent également être de bons candidats pour de petits projets de boisement.

Le boisement peut se faire sur des terres où il y a eu ou non des forêts à un moment donné de l’histoire. Le déboisement peut avoir eu lieu sur des terres il y a des centaines d’années, ou il se peut qu’il n’y ait aucune trace d’une forêt à l’endroit visé par le boisement.

Au cours des 50 dernières années, le boisement de terres abandonnées, généralement complètement vides, est devenu plus courant, en particulier aux États-Unis et au Royaume-Uni. Actuellement, les prairies et les pâturages de toute l’Europe sont en train de redevenir des forêts. La Chine, l’Inde et les pays d’Afrique du Nord et d’Afrique centrale, le Moyen-Orient et l’Australie travaillent tous sur des projets de boisement.

Objectifs du boisement

La capture du carbone est généralement citée comme la principale raison de consacrer du temps et de l’argent au boisement. Lorsqu’un arbre pousse, il séquestre naturellement le CO2 en lui-même et dans le sol où il pousse.

L’objectif ultime de l’extraction du CO2 de l’atmosphère est, bien sûr, d’aider à atténuer le changement climatique. Les estimations de la quantité de CO2 retirée de l’atmosphère dans le cadre de divers projets de boisement varient, mais une étude portant sur le potentiel de boisement à grande échelle a révélé qu’il pourrait éliminer plus de 191 gigatonnes de carbone d’ici à 2100 (les émissions annuelles actuelles de carbone sont d’environ 36 gigatonnes par an).

Mais le boisement présente de nombreux autres avantages, et c’est la raison pour laquelle les communautés et les gouvernements choisissent d’investir dans ce domaine. Les sols sont un élément clé pour deux raisons. Des sols sains sont également importants en tant que système naturel de filtration de l’eau et en tant que source de nutrition pour les plantes, les animaux qui s’en nourrissent et les insectes. Les sols plantés d’arbres sont moins susceptibles de s’éroder lors d’inondations et de causer des dommages catastrophiques aux communautés avoisinantes.

Les forêts peuvent, au fil du temps, améliorer la couche arable. Selon une étude publiée dans la revue Nature Communications, un sol plus neutre peut « améliorer la fertilité du sol et promouvoir la productivité de l’écosystème ».

Un brise-vent est le nom donné à un projet de boisement dans un environnement aride ou semi-aride qui vise à protéger les terres agricoles ou les cultures du vent, ce qui peut également réduire l’érosion du sol. En Chine, par exemple, un projet de boisement a été spécifiquement planté pour réduire les tempêtes de poussière. Une partie d’un brise-vent peut également être utilisée comme source de bois de chauffage ou de revenu pour la communauté locale. Au Kirghizstan, des noyers et des arbres fruitiers ont été plantés dans le cadre d’un projet de boisement dans le but de fournir à la fois de la nourriture et des revenus à la population locale.

Toutefois, d’autres études ont révélé que le boisement peut perturber les systèmes locaux de circulation de l’eau, du moins à court terme, ce qui souligne l’importance d’analyser les cycles hydrologiques locaux pour déterminer si une nouvelle forêt utilisera trop d’eau.

A lire aussi :  La déforestation : Quelques solutions qui peuvent changer l'avenir

Les arbres peuvent également avoir des avantages sociaux, comme fournir des zones d’ombre pour les personnes ou le bétail. Et bien sûr, les forêts peuvent servir d’habitat à la faune, en particulier aux oiseaux et aux insectes, dont certains peuvent constituer une source de nourriture pour les êtres humains ou contribuer à la biodiversité d’un lieu.

Types de boisement

En matière de boisement, les objectifs des pays ne sont pas tous nobles et axés sur le climat. Il existe en gros trois catégories. La régénération naturelle est définie comme « la plantation d’arbres indigènes dans le but de restaurer une zone à ce qui ressemble à une forêt naturelle », mais d’autres formes de boisement comprennent les plantations commerciales et l’agroforesterie. La première consiste à planter une culture pour la récolte, comme le bois ou la pâte à papier, tandis que la seconde consiste à planter des arbres pour la production de cultures, comme les mangues, les avocats ou les noix de cajou, ou à inclure des arbres dans des contextes agricoles.

Tous stockent des quantités variables de carbone, la régénération naturelle ayant tendance à être plus riche en carbone. Selon Charlotte Wheeler, scientifique forestière à l’université d’Édimbourg, les plantations de bois stockent « entre trois et 600 tonnes de carbone par hectare – vous n’obtiendrez jamais ce niveau de stockage dans les plantations de bois ».

Le processus de création d’une forêt

Le boisement n’est pas aussi simple que la simple plantation d’arbres. En fonction de la qualité du sol, et en particulier de la couche arable, une certaine préparation du site est généralement nécessaire. Si un duripan (surface dure et presque impénétrable du sol) s’est formé, il faut le briser et aérer le sol. Dans d’autres endroits, il peut être important de lutter contre les mauvaises herbes avant la plantation. Les plantes envahissantes doivent être enlevées.

Les arbres plantés doivent être soigneusement choisis en fonction de l’environnement local. Par exemple, dans les régions arides et semi-arides, où le boisement peut être nécessaire dans les zones de désertification, il est important de planter des arbres résistants à la sécheresse. Dans les régions tropicales, les arbres qui poussent le mieux dans des conditions chaudes et humides sont plantés.

L’espacement des arbres dépend de l’objectif final du projet de boisement. S’il s’agit d’un brise-vent, les arbres peuvent être plantés plus près les uns des autres. Le nombre d’arbres dépend également des objectifs du projet.

D’autres éléments à prendre en compte sont les vents dominants (si l’on cherche à créer un coupe-vent) et la direction de la lumière du soleil au cours des différentes saisons. Par exemple, si un projet de boisement est planté à proximité de champs agricoles en activité, il est important de planifier de manière à ce que la lumière du soleil puisse atteindre les cultures lorsque les arbres auront poussé.

Au fil du temps, un projet de boisement peut avoir besoin d’être entretenu en fonction de son utilisation et de ses objectifs.

Dans les zones urbaines, de petits projets de boisement (tels qu’un terrain vague à la périphérie de la ville) peuvent être créés en suivant des étapes similaires, mais à une échelle différente. Il existe même des plans et des organisations spécifiques qui permettent la croissance rapide de forêts dans les espaces inutilisés des villes.

Le boisement dans le monde

Des projets de boisement sont en cours sur toute la planète, les pays commençant à comprendre les avantages qu’il y a à donner la priorité à la plantation d’arbres. Notre Monde en données indique que dans les pays riches, la couverture forestière augmente généralement, alors qu’elle diminue dans les pays à revenus moyens ou faibles.

La Chine

Les autorités centrales et locales chinoises ont investi de manière significative dans la plantation d’arbres depuis les années 1970, plantant plus de 60 milliards d’arbres depuis lors, un effort qui s’est intensifié ces dernières années. Actuellement, la Chine a replanté plus d’hectares que n’importe quelle autre nation dans le monde, suivie par le Vietnam, la Turquie, le Maroc, l’Ouzbékistan, le Venezuela, l’Argentine et la Suède (sans ordre particulier).

Toutefois, sa réussite diminue quelque peu si l’on compare cette quantité à sa taille géographique. Classée en fonction de la proportion de la superficie totale couverte par des forêts plantées, la Chine est dépassée par la République tchèque, la Suède, la Pologne, le Japon, les Îles Marshall, le Cap-Vert et d’autres pays.

La plupart de ces nouvelles forêts se trouvent dans une partie de la Chine appelée le plateau de Loess, une zone de la taille de la France. Les efforts de boisement ont permis de doubler la couverture forestière de la région en l’espace de 15 ans, de 2001 à 2016.

La Chine prévoit de continuer à augmenter la couverture forestière pour atteindre 25 % d’ici 2035 et 42 % d’ici 2050. Alibaba et Alipay prévoient d’investir 28 millions de dollars dans des projets de plantation d’arbres.

A lire aussi :  Des centaines de nouvelles espèces ont été découvertes dans l'Himalaya ces dernières années, mais beaucoup sont menacées par le changement climatique et le surdéveloppement qui modifient leurs habitats.

Afrique du Nord

Les pays africains qui bordent le désert du Sahara collaborent au projet de la Grande Muraille verte pour lutter contre la désertification dans la région du Sahel. Ce projet est d’autant plus important que la population de la région devrait doubler au cours des 30 prochaines années.

L’objectif est de planter 100 millions d’hectares de terres sur toute la largeur de l’Afrique d’ici à 2030. Les pays participants sont l’Algérie, le Burkina Faso, le Bénin, le Cap-Vert, Djibouti, l’Égypte, l’Éthiopie, la Libye, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Nigeria, le Sénégal, la Somalie, le Soudan, la Gambie, le Tchad et la Tunisie.

Cet effort est soutenu par plus de 20 ONG différentes, y compris diverses agences des Nations unies, l’Organisation panafricaine des agriculteurs, l’Union du Maghreb arabe, l’Observatoire du Sahara et du Sahel, la Banque mondiale et d’autres encore. À ce jour, le projet est achevé à environ 15 % : 12 millions d’arbres résistants à la sécheresse ont été plantés sur des terres dégradées au Sénégal, 15 millions d’hectares de terres dégradées ont été restaurés en Éthiopie et 5 millions d’hectares ont été restaurés au Nigéria.

L’Inde

Selon une étude réalisée en 2019, l’Inde et la Chine sont en tête des efforts d’écologisation de la planète (bien que la Chine soit en tête pour ce qui est des forêts et que l’Inde soit davantage constituée de terres cultivées).

Alors que de nombreuses forêts anciennes du pays – qui soutiennent la biodiversité à des taux plus élevés que les forêts plus récentes – ont été détruites, des efforts renouvelés ont été déployés ces dernières années pour protéger les forêts et les enrichir.

En 2019, le Premier ministre Narendra Modi a alloué 6,6 milliards de dollars à divers États indiens pour différents projets, dont le reboisement, l’objectif étant d’étendre à terme la couverture forestière à un tiers du pays. Dans l’Uttar Pradesh, l’État indien le plus peuplé, un million de personnes se sont réunies pour planter 220 millions d’arbres en une journée. (Ce record a été battu par l’Éthiopie, qui a planté 350 millions d’arbres en une seule journée).

Une grande partie de ce travail est effectué pour aider l’Inde à respecter les accords de Paris sur le changement climatique et à augmenter les puits de carbone afin d’atteindre l’objectif de l’Inde de réduire de 2,5 à 3 milliards de tonnes de CO2 d’ici 2030, ce qui correspond à sa contribution prévue déterminée au niveau national (INDC).

Cela fonctionne-t-il ?

Les programmes de boisement fonctionnent et certains objectifs ont déjà été atteints. L’un des premiers plans à grande échelle est le Défi de Bonn de 2011 (soutenu par l’Union internationale pour la conservation de la nature), qui vise à restaurer 350 millions d’hectares de terres dégradées d’ici à 2030. Selon l’UICN, l’objectif de 150 millions d’hectares pour 2020 a été rapidement dépassé.

Les promoteurs du défi de Bonn estiment que son succès s’explique en partie par le fait que, si les forêts absorbent le carbone et offrent d’autres avantages environnementaux, elles présentent également des avantages économiques importants : pour chaque dollar dépensé pour la restauration des forêts, au moins 9 dollars de bénéfices économiques sont réalisés. Si la majorité des terres dégradées étaient restaurées, près de 76 000 milliards de dollars pourraient être gagnés. Il y a donc des raisons économiques et environnementales convaincantes pour les douzaines de pays qui se sont engagés à faire le travail de boisement.

Critiques

Il n’y a pas beaucoup d’inconvénients aux projets de boisement ; cependant, le risque le plus important est l’utilisation d’espèces d’arbres non locales. Ces arbres peuvent avoir une croissance rapide et absorber le carbone, mais ils peuvent utiliser plus d’eau que la région n’en a à disposition, ou ils peuvent supplanter les forêts locales.

Cette question a été soulevée en Chine, où l’on a constaté que les projets de boisement de robiniers noirs avaient une incidence négative sur le cycle hydrologique local : « Les plantations de robiniers noirs – qui constituent la majeure partie du boisement en Chine – sont beaucoup plus assoiffées que les prairies naturelles. Elles utilisent 92 % des précipitations annuelles (700 mm lors d’une année humide) pour la croissance de la biomasse, ne laissant que 8 % des précipitations annuelles pour les usages humains. Par conséquent, il ne reste pas assez d’eau pour recharger les nappes phréatiques ou s’écouler dans les rivières et les lacs », explique Lulu Zhang, chercheur à l’Université des Nations unies.

Comme l’illustre cet exemple, le choix d’arbres appropriés au niveau local et la prise en compte des besoins en eau, en particulier dans les zones semi-arides, sont extrêmement importants pour la réussite du boisement.

Bouton retour en haut de la page