Changements climatiques

Ignorer le changement climatique entraînera des «souffrances indicibles», prévient un panel de 14 000 scientifiques.

Près de 14 000 scientifiques ont signé un nouveau document sur l’urgence climatique, avertissant que des « souffrances indicibles » attendent la race humaine si nous ne commençons pas à nous attaquer de front au réchauffement climatique, avec effet immédiat.

Le nouvel article, publié le 28 juillet dans la revue BioScience et dirigé par des chercheurs de l’Oregon State University, est une mise à jour d’un article de 2019 qui a déclaré une « urgence climatique » mondiale et évalué les signes vitaux de la Terre en fonction de 31 variables – y compris les émissions de gaz à effet de serre, les changements de température de surface, la perte de masse de glace glaciaire, la perte de la forêt amazonienne, ainsi que divers facteurs sociaux tels que le produit intérieur brut (PIB) mondial et les subventions aux combustibles fossiles.

Sans surprise, les auteurs du nouvel article constatent que les signes vitaux de la Terre ne se sont détériorés qu’au cours des deux dernières années, avec 18 des 31 catégories du rapport montrant de nouveaux records de tous les temps, ont écrit les auteurs. Les émissions de gaz à effet de serre sont à un niveau record, tandis que l’épaisseur de la glace glaciaire est à son point le plus bas en 71 ans de tenue de registres, selon le rapport. Le monde est plus riche qu’il ne l’a jamais été (mesuré par le PIB mondial), tandis que le ciel est plus pollué que jamais (mesuré par les concentrations de dioxyde de carbone, de méthane et d’oxyde nitreux dans l’atmosphère).

A lire aussi :  Quelles sont les causes humaines du changement climatique ?

« Les signes vitaux planétaires mis à jour que nous présentons reflètent les conséquences du statu quo incessant », ont écrit les auteurs dans l’étude. « Une leçon majeure de COVID-19 est que même une diminution colossale des transports et de la consommation n’est pas suffisante et qu’au lieu de cela, des changements transformationnels du système sont nécessaires, et ils doivent s’élever au-dessus de la politique. »

Alors que le rapport inclut certaines tendances positives – comme des augmentations record de l’utilisation de l’énergie solaire et éolienne, et des institutions désinvestissant de l’argent de l’industrie des combustibles fossiles – il brosse un tableau généralement sombre de l’avenir, accentué par la recrudescence continue des catastrophes liées au climat comme inondations, ouragans, incendies de forêt et vagues de chaleur, ont écrit les auteurs. La planète pourrait également être sur le point de franchir (ou a déjà franchi) des points de basculement naturels critiques – comme la forêt amazonienne devenant une source de carbone plutôt qu’un puits de carbone – dont il sera difficile de se remettre, a ajouté l’équipe.

Tout cela se résume à une seule conclusion : l’habitabilité future de notre planète dépend d’une action immédiate et à grande échelle, écrivent les auteurs.

Pour accomplir cette tâche, l’équipe propose une approche politique à court terme en trois volets : 1) Mettre en place un prix mondial « significatif » du carbone pour réduire les émissions ; 2) supprimer progressivement et éventuellement interdire les combustibles fossiles ; et 3) restaurer et protéger les principaux écosystèmes riches en carbone, comme les forêts et les zones humides, afin de préserver les plus grands puits de carbone de la planète et de protéger la biodiversité.

A lire aussi :  L'ONU confirme la température la plus chaude jamais enregistrée dans l'Arctique.

« La mise en œuvre prochaine de ces trois politiques contribuera à assurer la durabilité à long terme de la civilisation humaine et donnera aux générations futures la possibilité de prospérer », ont écrit les auteurs. « La vitesse du changement est essentielle, et les nouvelles politiques climatiques devraient faire partie des plans de relance de la COVID-19. »

Les chercheurs prévoient de publier un autre « enregistrement » planétaire dans les années à venir. Espérons que ce futur rapport montrera plus de signes de changement positif à mesure que de plus en plus de pays prendront au sérieux la gravité du changement climatique. Ou, peut-être que cela reflétera l’effondrement de la société. Le temps – et l’action politique – nous le dira.

Bouton retour en haut de la page