Nucléaire

Quels sont les codes nucléaires?

Une descente du FBI au domicile de l’ancien président Donald Trump a été motivée en partie par une recherche de documents liés aux armes nucléaires, a rapporté le Washington Post jeudi 11 août, suscitant des bavardages de la part des commentateurs des médias et sur les réseaux sociaux que Trump aurait peut-être détenus de manière inappropriée. aux codes nucléaires. Les sources anonymes citées par le Post n’ont pas précisé quel type de « documents nucléaires » le FBI recherchait lors du raid sur le domaine de Mar-a-Lago de Trump en Floride, et le FBI n’a pas précisé quels documents avaient été trouvés.

Selon The Post, les documents contenant des informations sur le programme nucléaire américain ou la capacité nucléaire d’un autre pays pourraient être dangereux pour la sécurité internationale. Par exemple, un autre pays pourrait voir ses secrets nucléaires exposés comme une menace. En ce sens, les codes nucléaires pourraient être l’une des découvertes les moins inquiétantes à faire pour le FBI. Même si Trump conservait les codes nucléaires, ils ne seraient pas utiles pour autoriser une attaque maintenant, car les codes changent fréquemment.

Quels sont donc les codes nucléaires, où se trouvent-ils et quel est le processus de lancement d’une attaque nucléaire ? Il existe deux ensembles de codes requis pour un lancement nucléaire : ceux utilisés par les équipages de lancement pour activer et tirer les armes nucléaires, et ceux utilisés par le président pour autoriser une telle attaque. Le président n’a pas accès au premier jeu, selon la Brookings Institution ; ceux-ci sont conservés sur des bases militaires et au Pentagone.

Les codes dont dispose le commandant en chef sont également connus sous le nom de codes d’or. Ils identifient le président et confirment l’autorité du président pour ordonner une attaque nucléaire. Ces codes sont imprimés sur le Biscuit, un bout de plastique de la taille d’une carte de crédit. Selon Bloomberg, si le président décide d’autoriser une attaque, un haut responsable militaire lit à haute voix un « code de défi », qui peut être composé de quelques lettres de l’alphabet militaire. Le président consulte le Biscuit, trouve le code commençant par ces lettres et lit le reste du code. Le Biscuit fait partie du kit connu familièrement sous le nom de Football, ou Football Nucléaire, mais officiellement appelé « sachet d’urgence » du président. Le sachet contient également le soi-disant Black Book, qui énumère les options du président pour une grève – tout détruire, ou frapper juste une ou deux villes ? — ainsi que d’autres procédures d’urgence. Cette mallette est portée par un assistant qui reste à tout moment près du président. Le football remonte à l’administration Kennedy, selon le Smithsonian Magazine, et a été photographié pour la première fois en mai 1963 à la suite du président. Il arrive parfois qu’il soit séparé du commandant en chef.

A lire aussi :  La centrale nucléaire de Tchernobyl n'a plus d'électricité.

Après que le président Ronald Reagan a été abattu, par exemple, il a été emmené à l’hôpital et séparé de l’aide au transport de football. Le biscuit de Reagan a également été séparé de lui, car il se trouvait dans la poche de ses vêtements qui a été cisaillé pour préparer le président à une intervention chirurgicale d’urgence, selon un rapport du Washington Post de 1981. Le FBI a finalement pris possession de la carte. En 2010, Hugh Shelton, président des chefs d’état-major interarmées sous l’administration Clinton, a affirmé que le président Bill Clinton avait perdu son biscuit pendant plusieurs mois en 2000 – un accident potentiellement grave qui n’a pas été signalé jusqu’au moment de changer les codes (ce qui était aurait été fait tous les quatre mois à l’époque). Si le président était sans biscuit en cas d’urgence nucléaire, la responsabilité du lancement d’une attaque nucléaire incomberait au commandant suivant, le vice-président, qui a des codes d’identification de secours et un football de secours, a rapporté The Atlantic en 2010.

Cette chaîne de Le commandement est conçu pour fonctionner si le commandant en chef est tué ou frappé d’incapacité, mais cela entraînerait probablement des retards et un chaos bureaucratique si le président allait bien mais ne pouvait pas être formellement identifié, selon The Atlantic. d’un président sortant au président suivant lors de l’inauguration, moment auquel les codes d’or changent. Parce que Trump n’a pas assisté à l’inauguration de Joe Biden, cependant, l’armée a proposé un plan alternatif impliquant un sachet d’urgence qui a volé avec Trump en Floride alors qu’il quittait la Maison Blanche et un autre remis à l’aide de Biden lors de l’inauguration. Selon CTV News Canada, les codes de Trump ont expiré à midi le jour de l’inauguration et ceux de Biden sont devenus actifs.

A lire aussi :  Déchets radioactifs : Différents types et effets catastrophiques

Bouton retour en haut de la page