Déforestation

Diverses causes, effets et solutions surprenantes à la dégradation des sols

Beaucoup de gens ont conscience de la dégradation des sols, mais bon nombre d’entre eux n’en connaissent pas la définition précise. Pour combler ce manque de connaissances, la dégradation du sol signifie simplement le déclin de la qualité du sol qui se produit en raison d’aspects tels qu’une mauvaise utilisation des terres, l’agriculture, les pâturages, l’urbanisme ou l’industrie. Elle implique le déclin de l’état physique, biologique et chimique du sol.

Parmi les exemples de dégradation du sol, citons la baisse de la fertilité du sol, les changements défavorables de l’alcalinité, de l’acidité ou de la salinité, les inondations extrêmes, l’utilisation de polluants toxiques du sol, l’érosion et la détérioration de l’état structurel du sol. Ces éléments contribuent à une dépréciation importante de la qualité des sols chaque année. La dégradation excessive des sols engendre donc des impacts immédiats et à long terme qui se traduisent par de graves maux de tête environnementaux à l’échelle planétaire.

La nation qui détruit son sol, se détruit elle-même

~ Franklin D. Roosevelt

Si la dégradation des sols peut se produire naturellement, elle a été fortement exacerbée par les activités anthropiques. En outre, le changement climatique combiné aux activités humaines continue d’aggraver la dégradation des sols. Afin de comprendre la nature distincte du déclin de la qualité des sols, voici les différentes causes, effets et solutions de la dégradation des sols.

Les différentes causes de la dégradation des sols

1. Facteurs physiques

Il existe plusieurs facteurs physiques contribuant à la dégradation des sols, qui se distinguent par la manière dont ils modifient la composition et la structure naturelles du sol. Les précipitations, le ruissellement de surface, les inondations, l’érosion éolienne, le travail du sol et les mouvements de masse entraînent la perte de la couche arable fertile et donc une baisse de la qualité du sol.

Tous ces facteurs physiques produisent différents types d’érosion du sol (principalement l’érosion hydrique et éolienne) et des actions de détachement du sol, et leurs forces physiques résultantes finissent par modifier la composition et la structure du sol en usant la couche supérieure du sol ainsi que la matière organique. À long terme, les forces physiques et les processus d’altération conduisent à une baisse de la fertilité du sol et à des changements défavorables dans la composition/structure du sol.

2. Facteurs biologiques

Les facteurs biologiques font référence aux activités humaines et végétales qui tendent à réduire la qualité du sol. La prolifération de certaines bactéries et de certains champignons dans une zone peut avoir un impact important sur l’activité microbienne du sol par le biais de réactions biochimiques, ce qui réduit le rendement des cultures et l’adéquation de la capacité de productivité du sol.

Les activités humaines, telles que les mauvaises pratiques agricoles, peuvent également épuiser les nutriments du sol, ce qui en diminue la fertilité. Les facteurs biologiques affectent principalement la diminution de l’activité microbienne du sol.

3. Facteurs chimiques

La réduction des éléments nutritifs du sol en raison de l’alcalinité, de l’acidité ou de l’engorgement est classée dans la catégorie des composantes chimiques de la dégradation des sols. Au sens large, elle comprend les altérations des propriétés chimiques du sol qui déterminent la disponibilité des nutriments.

Elle est principalement causée par l’accumulation de sel et la lixiviation des nutriments qui altèrent la qualité du sol en créant des changements indésirables dans les ingrédients chimiques essentiels du sol. Ces facteurs chimiques entraînent normalement la perte irréversible des éléments nutritifs et des capacités de production du sol, comme le durcissement des sols argileux riches en fer et en aluminium.

4. Déforestation

La déforestation entraîne la dégradation des sols en raison de l’exposition des minéraux du sol par la suppression des arbres et de la couverture végétale, qui favorisent la présence de couches d’humus et de litière à la surface du sol.

La couverture végétale favorise principalement la liaison du sol et la formation du sol, donc lorsqu’elle est enlevée, elle affecte considérablement les capacités du sol telles que l’aération, la capacité de rétention d’eau et l’activité biologique.

Lorsque les arbres sont enlevés par l’exploitation forestière, les taux d’infiltration deviennent élevés et le sol reste nu et exposé à l’érosion et à l’accumulation de substances toxiques. Parmi les activités qui y contribuent, on peut citer l’exploitation forestière et les techniques de brûlis utilisées par les personnes qui envahissent les zones forestières pour l’agriculture, ce qui rend les sols improductifs et moins fertiles au final.

5. Mauvaise utilisation ou utilisation excessive d’engrais

L’utilisation excessive ou abusive de pesticides et d’engrais chimiques tue les organismes qui contribuent à la cohésion du sol. La plupart des pratiques agricoles impliquant l’utilisation d’engrais et de pesticides s’accompagnent souvent d’une mauvaise utilisation ou d’une application excessive, ce qui contribue à tuer les bactéries bénéfiques du sol et d’autres micro-organismes qui contribuent à sa formation.

A lire aussi :  Comment l'épidémie d'Ebola est devenue la plus meurtrière de l'histoire?

Les formes complexes des produits chimiques des engrais sont également responsables de la dénaturation des minéraux essentiels du sol, ce qui entraîne des pertes de nutriments dans le sol. Par conséquent, la mauvaise utilisation ou l’utilisation excessive d’engrais augmente le taux de dégradation du sol en détruisant l’activité biologique du sol et l’accumulation de toxicités par une utilisation incorrecte des engrais.

6. Activités industrielles et minières

Les sols sont principalement pollués par les activités industrielles et minières. Par exemple, l’exploitation minière détruit la couverture végétale et libère une myriade de produits chimiques toxiques tels que le mercure dans le sol, ce qui l’empoisonne et le rend improductif pour tout autre usage.

Les activités industrielles, quant à elles, rejettent des effluents toxiques et des déchets matériels dans l’atmosphère, la terre, les rivières et les eaux souterraines, qui finissent par polluer le sol et ont donc un impact sur la qualité du sol. Dans l’ensemble, les activités industrielles et minières dégradent les propriétés physiques, chimiques et biologiques du sol.

7. Pratiques culturales inadéquates

Certaines pratiques agricoles ne sont pas durables d’un point de vue environnemental et, dans le même temps, elles sont le principal facteur de l’augmentation mondiale de la dégradation de la qualité des sols. Le travail du sol sur les terres agricoles est l’un des principaux facteurs car il fragmente le sol en particules plus fines, ce qui augmente les taux d’érosion.

La dégradation de la qualité des sols est de plus en plus exacerbée par la mécanisation de l’agriculture, qui laisse la place à un labour profond, à la réduction de la couverture végétale et à la formation de la couche dure.

D’autres activités culturales inappropriées, telles que l’agriculture en pente raide, la monoculture, la culture en ligne et l’irrigation de surface, usent la composition naturelle du sol et sa fertilité et empêchent le sol de se régénérer.

8. Urbanisation

L’urbanisation a des implications majeures sur le processus de dégradation des sols. En premier lieu, elle dénude la couverture végétale du sol, compacte le sol pendant la construction et modifie le schéma de drainage.

Deuxièmement, elle recouvre le sol d’une couche imperméable de béton qui amplifie le ruissellement de surface, ce qui entraîne une érosion accrue de la couche arable. Enfin, la plupart des eaux de ruissellement et des sédiments provenant des zones urbaines sont extrêmement pollués par du pétrole, du carburant et d’autres produits chimiques.

L’augmentation du ruissellement en provenance des zones urbaines perturbe aussi énormément les bassins versants adjacents en modifiant le débit et le volume d’eau qui les traverse et en les appauvrissant par des dépôts de sédiments chimiquement pollués.

9. Le surpâturage

Le surpâturage contribue fortement à l’érosion des sols et à la perte des éléments nutritifs du sol, ainsi que de la couche arable. Le surpâturage détruit la couverture végétale de surface et décompose les particules du sol, ce qui augmente les taux d’érosion du sol. En conséquence, la qualité du sol et la productivité agricole sont fortement affectées.

Effets fatals de la dégradation des sols

1. La dégradation des sols

Le déclin de la qualité des sols est l’une des principales causes de la dégradation des terres et est considéré comme responsable de 84 % de la diminution constante des superficies. Année après année, d’énormes superficies de terres sont perdues en raison de l’érosion, de la contamination et de la pollution des sols.

Environ 40 % des terres agricoles du monde ont une qualité fortement diminuée en raison de l’érosion et de l’utilisation d’engrais chimiques, qui empêchent la terre de se régénérer. Le déclin de la qualité des sols dû aux engrais chimiques agricoles entraîne également une pollution de l’eau et des sols, ce qui diminue la valeur de la terre sur terre.

2. La sécheresse et l’aridité

La sécheresse et l’aridité sont des problèmes fortement influencés et amplifiés par la dégradation des sols. Bien qu’il s’agisse d’une préoccupation associée aux environnements naturels dans les zones arides et semi-arides, l’ONU reconnaît que la sécheresse et l’aridité sont des facteurs anthropogéniques, notamment en tant que résultat de la dégradation des sols.

Ainsi, les facteurs qui contribuent à la dégradation de la qualité des sols, tels que le surpâturage, les mauvaises méthodes de travail du sol et la déforestation, sont également les principales causes de la désertification, caractérisée par des sécheresses et des conditions arides. Dans le même contexte, la dégradation des sols peut également entraîner une perte de biodiversité.

3. Perte de terres arables

Comme la dégradation des sols contribue à la dégradation des terres, cela signifie également qu’elle entraîne une perte importante de terres arables. Comme indiqué précédemment, environ 40% des terres agricoles mondiales sont perdues en raison de la dépréciation de la qualité des sols causée par les produits agrochimiques et l’érosion des sols.

A lire aussi :  La pollution lumineuse modifie le comportement des chauves-souris et menace la repousse des forêts tropicales.

La plupart des pratiques de production végétale entraînent la perte de la couche arable et la dégradation de la composition naturelle du sol qui rend l’agriculture possible.

4. Augmentation des inondations

La terre est généralement modifiée par rapport à son paysage naturel lorsqu’elle perd sa composition physique suite à la dégradation du sol. Pour cette raison, la terre transformée est incapable d’absorber l’eau, ce qui rend les inondations plus fréquentes.

En d’autres termes, la dégradation des sols leur enlève leur capacité naturelle à retenir l’eau, ce qui contribue à la multiplication des inondations.

5. Pollution et engorgement des cours d’eau

La plupart des sols érodés ainsi que les engrais chimiques et les pesticides utilisés dans les champs agricoles sont déversés dans les cours d’eau et les ruisseaux. Avec le temps, le processus de sédimentation peut obstruer les cours d’eau, entraînant une pénurie d’eau.

Les engrais et pesticides agricoles endommagent également les écosystèmes marins et d’eau douce et limitent les usages domestiques de l’eau pour les populations qui en dépendent pour leur survie.

Des solutions surprenantes pour la dégradation des sols

1. Réduire la déforestation

Éviter complètement la déforestation est une tâche ardue. Cependant, il est possible de réduire la déforestation, ce qui peut constituer un moyen impressionnant de remodeler et de restaurer les forêts et le couvert végétal.

À mesure que les populations augmentent, les individus peuvent être sensibilisés et éduqués à la gestion durable des forêts et aux efforts de reboisement. En outre, la préservation de l’intégrité des zones gardées peut réduire considérablement les manifestations.

Il est donc nécessaire que les individus du monde entier respectent la couverture forestière et réduisent certaines des actions humaines qui encouragent l’exploitation forestière. Avec la réduction de la déforestation, la capacité des sols à se régénérer naturellement peut être restaurée.

Les gouvernements, les organisations internationales et les autres acteurs de l’environnement doivent veiller à ce que des mesures appropriées soient prises pour que la déforestation nette zéro devienne une réalité, afin d’empêcher la dégradation des sols.

2. Remise en état des sols

Les conséquences de l’érosion et de la dégradation de la qualité des sols sont largement irréversibles. Néanmoins, la matière organique du sol et les nutriments des plantes peuvent être reconstitués. Pour restaurer la matière minérale et le contenu organique perdus du sol, il faudrait ce que l’on appelle la remise en état des terres.

La remise en état des sols englobe les activités visant à restaurer la matière organique et les minéraux vitaux du sol. Il peut s’agir d’activités telles que l’ajout de résidus végétaux aux sols dégradés et l’amélioration de la gestion des parcours.

Les sols salinisés peuvent être restaurés par des projets de remise en état visant à corriger le niveau de sel et à contrôler la salinité. L’une des méthodes de remise en état des terres les plus simples mais les plus oubliées consiste à planter des végétaux tels que des arbres, des cultures et des fleurs sur les sols touchés. Les plantes agissent comme des couvertures protectrices et contribuent à renforcer le sol en stabilisant sa surface.

3. Prévention de la salinisation

Tout comme le vieil adage qui dit que « mieux vaut prévenir que guérir », le même concept s’applique pour résoudre le problème mondial de la dégradation des sols par la salinisation. Les coûts de la prévention de la salinisation sont incroyablement moins élevés que ceux des projets de remise en état des zones salinisées.

Par conséquent, des actions telles que la réduction de l’irrigation, la plantation de cultures tolérantes au sel et l’amélioration de l’efficacité de l’irrigation seront très rentables car les intrants et les aspects exigeants en main-d’œuvre associés aux projets de remise en état sont nuls. Prévenir la salinisation en premier lieu est donc un moyen écologique d’offrir une solution à la dégradation des sols.

4. Travail du sol de conservation

Les mécanismes de travail du sol appropriés constituent l’un des moyens les plus durables d’éviter la dégradation de la qualité des sols. C’est ce que l’on appelle le travail de conservation du sol, c’est-à-dire des mécanismes de travail du sol visant à modifier très peu l’état naturel du sol tout en améliorant sa productivité.

Il s’agit par exemple de laisser les résidus de culture de l’année précédente à la surface pour protéger le sol de l’érosion et d’éviter les mauvaises méthodes de travail du sol, comme le labourage profond.

Bouton retour en haut de la page