Nouvelles

Victoria est témoin d’un acte de cruauté animale sans précédent : plus de 40 koalas devraient mourir après l’exploitation d’une plantation.

Sur les lieux de ce que l’on peut appeler un « massacre de koalas » sans précédent, des dizaines d’animaux ont été retrouvés morts ou blessés par les enquêteurs dans une plantation de gommiers défrichée dans le Victoria. Le nombre d’animaux tués à ce jour s’élève très probablement à plus de 40, comme ils l’ont dit en se frayant un chemin à travers 10 kilomètres de bois abattu.

Près de Cape Bridgewater, l’intervention en cas d’incident majeur a été mise en place sur le site, sur un terrain privé, avec des vétérinaires qui traitent les koalas pour cause de famine et d’os cassés.

Une trentaine de koalas, sur les 80 koalas touchés et plus encore évalués par l’organisme de réglementation de la conservation de l’État depuis son arrivée sur les lieux vendredi, ont été euthanasiés.

Lundi, la ministre de l’environnement de l’État de Victoria, Lily D’Ambrosio, s’est dite « consternée » par les allégations et a déclaré que cet événement était « dévastateur » pour la population de koalas de la région de Portland. Elle a promis que le gouvernement ferait « tout son possible » pour que les coupables rendent des comptes. Son ministère a ouvert une enquête.

« Chaque Victorien peut à juste titre se sentir non seulement consterné, profondément attristé et le cœur brisé, mais aussi en colère. Je suis absolument en colère. »

L’incident a été signalé par les habitants au ministère de l’Environnement, de la Terre, de l’Eau et de la Planification (DELWP), qui est arrivé sur place vendredi.

Helen Oakley, la résidente de Portland, parle de la destruction qu’elle a trouvée dans une ancienne plantation de gomme bleue dans le sud-ouest de Victoria.

Helen Oakley, résidente de Portland, a posté une vidéo depuis le site. Dans la vidéo, elle dit : « Regardez la destruction qu’ils ont faite et il y a des koalas couchés là, morts… et il y a des mères tuées avec leurs petits bébés. L’Australie devrait avoir honte de cela. »

Kate Gavens, responsable de la protection de l’environnement à Victoria, a déclaré que sur plus de 80 koalas évalués depuis vendredi, au moins 30 avaient été euthanasiés.

Lundi, elle a déclaré que 40 koalas étaient morts, mais que ce nombre était susceptible d’augmenter. « Il y a environ 10 kilomètres de bois abattu que nous devons traverser ».

Les koalas qui ont survécu sont en train d’être déplacés vers des soigneurs de la faune sauvage pour un traitement et une réhabilitation, avec des soigneurs et des vétérinaires présents sur le site.

A lire aussi :  La deuxième plus grande société minière du monde annonce un investissement d'un milliard de dollars pour atteindre des émissions nettes nulles d'ici 2050.

« L’équipe des enquêtes majeures de l’organisme de réglementation de la conservation dirige l’enquête pour déterminer comment cet incident s’est produit et qui en est responsable », a déclaré Gavens. « Les animaux qui n’ont pas été considérés comme nécessitant un retrait immédiat ont reçu de la nourriture et de l’eau.

« Le DELWP travaille avec les parties concernées sur les besoins à long terme des koalas restants – cela peut inclure la translocation vers des sites appropriés. »

Selon Andy Meddick, un député du Parti de la justice animale de l’État de Victoria, qui s’est rendu sur le site dimanche, a déclaré au Guardian Australia que les arbres de la plantation de gomme bleue avaient été « transformés au bulldozer en piles » autour de la propriété.

« J’ai vu au moins 10 corps dans un seul de ces tas », a-t-il déclaré. « Un couple avait été littéralement écrasé à mort lorsque ces arbres ont été déracinés. Dans un cas, un koala avait le bras coincé entre deux branches et il était mort de faim. Des animaux ont été tués, blessés et laissés à mourir de faim par ceux qui ont fait ça. »

D’Ambrosio a qualifié l’incident d' »abyssal », déclarant : « Nous ferons tout notre possible pour que les responsables rendent des comptes et nous leur infligerons toutes les sanctions dont nous disposons. »

Le gouvernement prendra en compte les infractions à la fois au Wildlife Act et au Prevention of Cruelty to Animals Act, a-t-elle ajouté.

En vertu du Wildlife Act, tuer, harceler ou déranger les animaux sauvages peut entraîner une amende allant jusqu’à 8 000 dollars et une amende supplémentaire de plus de 800 dollars par tête d’animal sauvage, a indiqué l’organisme de réglementation de la conservation.

Une scène de crime a également été établie à Cape Bridgewater.

Une société d’exploitation forestière, South West Fibre, qui avait été engagée pour récolter du bois sur le site en octobre 2019, a rendu la zone le mois suivant.

L’entreprise a déclaré dans un communiqué : « SWF a laissé un nombre approprié d »arbres d’habitat’ pour la population existante de koalas et a fourni des détails à ce sujet dans une lettre au propriétaire foncier, notant que les koalas n’étaient pas blessés et en bonne santé.

« Il est entendu qu’après que SWF a terminé son travail, les arbres restants ont été défrichés. Ceci est particulièrement inquiétant pour les forestiers et le personnel qui ont travaillé assidûment pour protéger les koalas pendant l’opération de récolte. »

Selon le porte-parole de la société, le site a été rendu au propriétaire à la mi-novembre avec 72 koalas sur place, laissant 10 hectares de « végétation résiduelle » sur le site.

A lire aussi :  Qu'est-ce que la durabilité environnementale et le développement durable ?

Keith Troeth, qui gère la propriété au nom de son père Russell Troeth, a déclaré à l’Age qu’il avait déblayé le site la semaine dernière pour le remettre en pâturage.

« Nous avons fait tout notre possible pour le faire de manière professionnelle. Nous avons fait tous les efforts possibles pour minimiser toute fatalité », a-t-il déclaré. « Il est possible qu’un ou deux koalas aient été tués, et j’en porterai la responsabilité, mais ce n’est pas le grand n’importe quoi qu’on a voulu faire croire. »

Russell Troeth a refusé de commenter et a renvoyé Guardian Australia au numéro de téléphone d’un membre du personnel du ministère de l’Environnement, de la Terre, de l’Eau et de la Planification.

L’Association australienne des produits forestiers (AFPA) a lancé son enquête et a déclaré que l’industrie était « consternée » par ce qu’elle a décrit comme un « acte cruel envers les animaux ».

Le directeur général de l’association, Ross Hampton, a déclaré que les exploitants forestiers « suivent scrupuleusement et méticuleusement les procédures de préservation des koalas supervisées par le ministère de l’Environnement de Victoria. »

« On m’informe que les exploitants, dans ce cas, étaient si prudents qu’ils ont même emmené chez le vétérinaire un koala blessé, qu’ils ont trouvé lors d’une inspection », a-t-il déclaré. « On m’informe que la récolte de cette zone a pris fin en novembre et que le terrain a été rendu à son propriétaire avant Noël.

« On ne sait pas encore qui a détruit au bulldozer les arbres dans lesquels se trouvaient apparemment encore les koalas, mais il est absolument certain qu’il ne s’agissait pas d’une plantation ou d’une société forestière. Nous soutenons tous ceux qui demandent que toute la force de la loi soit appliquée à l’auteur de cet acte.

« L’AFPA va lancer sa propre enquête. En outre, nous veillerons à ce qu’aucun des membres de l’AFPA ne touche au bois qui a été déboisé ».

Bouton retour en haut de la page