Changements climatiques

Importance et exemples de puits de carbone

Le changement climatique est l’un des défis naturels les plus courants dans le monde d’aujourd’hui. Celui-ci affecte considérablement l’environnement et provoque également des catastrophes naturelles. L’impact du changement climatique sur le monde est grave car il entraîne un réchauffement de la planète.

La réduction des émissions est l’un des moyens de réduire la quantité de carbone présente dans l’atmosphère. Bien que le gouvernement prenne des mesures pour lutter contre le changement climatique et en réduire les effets, il faut aller plus loin.

C’est à ce moment-là que les puits de carbone entrent en jeu et jouent un rôle essentiel dans la réduction de la quantité de carbone émise dans l’environnement. Voyons ce que sont les puits de carbone et comment ils fonctionnent.

Qu’est-ce qu’un puits de carbone ?

Un puits de carbone, également appelé bassin de carbone, est un objet qui agit comme une éponge pour absorber des composés de carbone tels que le dioxyde de carbone. Il s’agit d’objets qui éliminent plus de carbone de l’atmosphère qu’ils n’en absorbent.

Ils peuvent retenir le carbone pendant longtemps et être créés naturellement ou artificiellement. Savez-vous que toute vie sur notre planète dépend du carbone ? Il est présent dans notre ADN, dans les aliments que nous consommons et dans l’oxygène que nous respirons.

La teneur totale en carbone de la Terre n’a pas changé, mais sa répartition se modifie continuellement au fur et à mesure qu’il est émis ou absorbé et qu’il circule entre le système climatique et les êtres vivants. C’est ce que signifie le cycle du carbone, qui existe depuis des milliers d’années.

Le stockage artificiel du dioxyde de carbone dans le sous-sol est un objectif de la recherche scientifique. Le carbone doit d’abord être piégé, ou son émission dans l’environnement doit être considérablement ralentie ou stoppée à partir d’un élément préexistant riche en carbone, en étant intégré dans un usage durable pour être stocké artificiellement.

Ensuite, le matériau peut être soit conservé passivement, souvent enterré, soit utilisé efficacement au fil du temps de plusieurs manières. La végétation et les océans sont les deux puits de carbone les plus importants à l’échelle mondiale.

Depuis la ratification du protocole de Kyoto en 1997, qui encourage l’utilisation des puits de CO2 comme type de compensation carbone, le public comprend de mieux en mieux l’importance de ces écosystèmes.

Exemples de puits de carbone naturels

Les systèmes naturels appelés « puits de carbone » absorbent et stockent le dioxyde de carbone atmosphérique. Les sols, les océans, les prairies et les forêts sont des exemples de puits de carbone naturels.

Nous devons gérer et préserver nos puits de carbone naturels afin qu’ils absorbent les émissions de gaz à effet de serre.

Le sol

Les sols constituent un stockage primaire de carbone à court et à long terme par rapport à l’ensemble des forêts amazoniennes et à l’atmosphère. Les déchets végétaux et autres biomasses, comme le charbon de bois, s’accumulent dans les sols sous forme de matière organique et sont détériorés par l’altération chimique et la décomposition microbienne.

La capacité des plantes à extraire le carbone de l’environnement et à le déposer dans le sol joue un rôle important dans la réduction des effets de l’augmentation des émissions. Le piégeage ou « l’emprisonnement » du carbone dans le sol revêt une importance accrue dans le contexte des changements climatiques.

Selon les recherches menées par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la séquestration du carbone dans le sol est l’une des stratégies les plus avantageuses sur le plan économique pour réduire les niveaux de CO2 dans l’atmosphère. En outre, le carbone du sol est une composante essentielle de la qualité du sol.

Dans les écosystèmes de végétation et de prairies, le carbone organique du sol représente environ 95 % de la réserve totale de carbone terrestre. Lorsque les sols sont retournés lors du labourage et que le carbone est exposé à l’atmosphère, il peut être rapidement libéré dans l’atmosphère.

A lire aussi :  Bill Nye sort les bombes F et un chalumeau pour parler du changement climatique.

Parallèlement à cette importante libération de carbone dans les 30 premiers centimètres, la matière organique perd également les avantages supplémentaires qu’elle offre en termes de nutriments et de rétention d’eau dans le sol.

Les méthodes agricoles actuelles entraînent une perte de carbone dans les sols. Des techniques agricoles améliorées, notamment le ratissage, la rotation des cultures et les cultures de couverture, ont été proposées pour aider les sols à retrouver leur rôle de puits de carbone.

Océan

On pourrait penser que les océans ne sont qu’une source d’eau, mais ils sont bien plus que cela. Les océans sont des écosystèmes essentiels en raison des multiples services et produits qu’ils offrent. L’océan est le plus grand puits de carbone de la planète.

Les mers absorbent 25 % du dioxyde de carbone que les hommes rejettent dans l’atmosphère. Ils peuvent également stocker le carbone. En raison de leur tendance à croître plus rapidement, elles peuvent absorber de grandes quantités de CO2.

En outre, comme leurs sols sont principalement anaérobies, les écosystèmes des zones humides sont des puits de carbone extrêmement importants.

La forêt

Lorsque les forêts augmentent en taille ou en densité, elles agissent comme des puits de dioxyde de carbone et comme des réservoirs de carbone. Jusqu’à 80 % du carbone de la toundra arctique canadienne est conservé dans le sol sous forme de matière organique morte.

Le fait que la replantation puisse réduire la réflexion solaire compense quelque peu la sensation de refroidissement global que procure la capacité des forêts à stocker le carbone. Les forêts des latitudes moyennes à élevées ont une réflectivité nettement plus faible pendant les périodes de neige que les terres plates, ce qui contribue au réchauffement.

Le cycle du carbone forestier, qui décrit le flux continu de carbone forestier entre l’environnement et les arbres, permet également au carbone d’être libéré n’importe où et à n’importe quel moment par la déforestation ou les incendies de forêt.

Comment fonctionnent les puits de carbone ?

Les puits de carbone fonctionnent en absorbant et en stockant plus de carbone de l’environnement qu’il n’en émet. Les trois principaux puits de carbone naturels stockent tous le carbone de différentes manières. Nous examinerons ces méthodes dans la phrase suivante.

On trouve dans le sol des mouchetures minérales, de la végétation décomposée, de l’air, des liquides et même des êtres vivants. Cela signifie qu’ils retiennent une part importante du carbone que ces matériaux, principalement les plantes, ont précédemment retiré de l’atmosphère.

Pendant une période exceptionnellement longue, les sols peuvent stocker le carbone qui, autrement, aurait été libéré dans l’air sous forme de dioxyde de carbone. Les arbres et la végétation absorbent le dioxyde de carbone de l’air par photosynthèse, qui est ensuite placé et retenu dans la biomasse forestière.

Simplement en raison de leur immensité et de leur plus grande longévité, les grandes étendues de forêts et d’arbres constituent des puits de carbone plus importants. Les océans de la planète jouent un rôle important dans le processus de piégeage du carbone grâce à l’absorption et à la dissolution du CO2 provenant de l’eau douce et de la photosynthèse.

On a en effet découvert que les diatomées, qui sont de minuscules plantes, accumulent 10 à 20 milliards de tonnes métriques de dioxyde de carbone par an rien qu’en dérivant à la surface des océans.

Techniques artificielles de piégeage du carbone

Le carbone doit d’abord être piégé ou fortement retardé ou empêché de se libérer à nouveau dans l’environnement à partir d’une substance préexistante riche en carbone, en étant intégré dans un usage permanent.

A lire aussi :  Les poulpes peuvent devenir aveugles alors que le changement climatique aspire l'oxygène de l'océan .

Ensuite, le matériau peut être soit conservé passivement, soit utilisé de manière productive au fil du temps. La séquestration artificielle du carbone décrit une variété de méthodes permettant de capturer les émissions de carbone au point de production et de les enterrer.

La séquestration océanique est une autre technique qui consiste à injecter du dioxyde de carbone dans l’océan pour créer des flux de CO2. En théorie, la gravité et l’air atmosphérique maintiennent le dioxyde de carbone à une profondeur où il peut se dissoudre lentement dans l’eau au fil du temps.

Une autre technique est la séquestration géologique, qui consiste à pomper le dioxyde de carbone dans des espaces souterrains inaccessibles, notamment les aquifères, les veines de charbon et les réserves de pétrole abandonnées.

La séquestration des minéraux fait également l’objet d’une réflexion. Cette technique permet d’acheminer le dioxyde de carbone dans des régions riches en calcium ou en magnésium. Exposées au dioxyde de carbone, ces substances se mélangent pour produire du carbonate de calcium et du carbonate de magnésium.

Comment les puits de carbone affectent-ils l’environnement ?

Les puits de carbone sont essentiels pour gérer la quantité de carbone dans notre environnement et maîtriser le changement climatique mondial. Le seul problème est que les puits de carbone ont une limite supérieure.

Ces habitats peuvent cesser complètement d’accumuler le carbone et même relâcher le carbone stocké dans l’air une fois que les puits de carbone sont dégradés ou éliminés.

Les puits de carbone empêchent de grandes quantités de dioxyde de carbone d’atteindre l’atmosphère et de contribuer au réchauffement de la planète. En éliminant les émissions de dioxyde de carbone, les solutions environnementales telles que la plantation d’arbres, la récupération des habitats des herbiers marins et la restauration des mangroves peuvent contribuer à résoudre la crise climatique.

La combustion de combustibles fossiles est une activité anthropique qui a libéré le carbone de son stockage géologique à long terme sous forme de charbon, de pétrole et de gaz naturel, le libérant dans l’air sous forme de dioxyde de carbone. En outre, le dioxyde de carbone est naturellement émis lors de la décomposition des animaux et des plantes.

Les puits de carbone sont des réservoirs qui stockent le carbone et l’empêchent de s’échapper dans l’atmosphère. Par exemple, alors que la régénération des forêts est une forme de piégeage du carbone et que les forêts agissent comme des puits de carbone, la déforestation est une source d’émission de carbone dans l’atmosphère.

Grâce à la photosynthèse, le carbone est régulièrement transporté de l’air vers les puits de carbone terrestres ; il peut également être déposé dans la biomasse aérienne et les sols.

Conclusion

Nos émissions de gaz à effet de serre doivent être réduites de manière urgente et radicale afin d’éviter de futurs changements climatiques catastrophiques. La gestion des habitats et des écosystèmes qui servent de puits de carbone naturels essentiels est une approche pour y parvenir.

Cela permet de s’assurer qu’ils conservent une quantité suffisante de carbone dans le système et qu’ils ne contribuent pas fréquemment aux émissions atmosphériques. En tant qu’individus, nous devons assumer la responsabilité de veiller à ce que les puits de carbone naturels restent intacts.

Bouton retour en haut de la page