Nouvelles

L’entreprise française Engie prévoit de transformer l’usine de charbon de Rugeley en un village durable

Rugeley, une ancienne centrale électrique au charbon du Staffordshire, va être transformée en un « village durable » de 2 000 logements alimentés par des panneaux solaires. Il s’agit de l’un des plus grands réaménagements jamais réalisés d’une ancienne centrale électrique britannique.

L’entreprise énergétique française Engie a déclaré qu’elle avait décidé de ne pas vendre le site de Rugeley, dans le Staffordshire, et qu’elle préférait construire des maisons super efficaces sur le site de 139 hectares, dans le cadre de sa volonté de « dépasser l’énergie ». L’entreprise prévoit de construire environ 2 000 maisons à haut rendement énergétique qui seront alimentées par des panneaux solaires sur le site de Staffordshire.

Dans une interview accordée à « The Guardian », Wilfrid Petrie, directeur général d’Engie UK, a déclaré : « Nous nous positionnons comme allant au-delà de l’énergie pour créer des lieux. C’est un exemple de la fermeture de notre centrale au charbon et, au lieu de vendre le terrain, nous avons décidé de le régénérer nous-mêmes. » Interrogé sur les projets futurs d’Engie, Petrie a répondu : « Il y a une liste de sites similaires, que nous examinons. Il n’y en a pas des centaines, mais il y en a plusieurs ».

Rugeley a cessé de produire de l’électricité à l’été 2016 et est l’une des nombreuses centrales à charbon à fermer ces dernières années en raison des pressions économiques et des réglementations environnementales. Aujourd’hui, il ne reste plus que sept centrales à charbon opérationnelles au Royaume-Uni, mais le gouvernement a fixé la date limite de 2025 pour que toutes ces centrales cessent leurs activités.

Comme certaines entreprises énergétiques espèrent construire des centrales à gaz sur ou à côté des anciens sites houillers, d’autres devront être désaffectées pour d’autres usages. Engie, quant à elle, prévoit une capacité solaire totale de 10 mégawatts, soit l’équivalent d’une des plus petites fermes solaires du Royaume-Uni.

A lire aussi :  La perte d'habitat, les insecticides et la pollution lumineuse constituent une menace pour les bien-aimées lucioles.

Environ 50 % de l’énergie requise par les nouvelles maisons proviendra de sources vertes, principalement de l’énergie solaire. L’énergie sera produite par des panneaux solaires qui seront installés sur les toits, dans un champ et même flottant sur un lac. La société installera des batteries sur toute l’étendue du site, à la fois dans les maisons et dans une installation de stockage d’énergie commune, afin d’équilibrer l’offre et la demande d’électricité.

La société est également allée plus loin en affirmant que les maisons seront suffisamment efficaces pour consommer près d’un tiers d’énergie en moins que la moyenne des nouvelles constructions. Le chauffage ne sera pas assuré par des chaudières à gaz mais par des dispositifs électriques tels que des pompes à chaleur.

Peter Atherton, analyste chez Cornwall Insight, a déclaré : « Placer la production locale d’électricité au cœur des nouveaux projets de logement était presque devenu une condition préalable pour que les promoteurs puissent passer le cap de la planification. C’est la voie de l’avenir. Il ne fait aucun doute qu’à l’avenir, les projets de logement à grande échelle seront dotés d’une forme de production locale d’électricité, car c’est l’engouement général ».

On estime qu’environ 30 % du projet de Rugeley sera classé comme logement abordable, bien que l’on ne sache pas exactement combien les mesures d’énergie verte et les normes de construction élevées ajouteront au coût initial des propriétés.

Il est également proposé que la société de régénération Harworth envisage de transformer les 97 hectares de la friche industrielle d’une ancienne centrale électrique dans le Shropshire en un ensemble de logements et d’unités commerciales.

A lire aussi :  Une étude mondiale récente établit un lien entre la pollution atmosphérique et la dépression et le suicide

Les travaux commenceront ce mois-ci, la construction devant débuter l’année prochaine et la démolition de l’ancienne centrale au charbon – y compris les tours de refroidissement – devant se terminer en 2020, les premières personnes devant emménager l’année suivante.

Bouton retour en haut de la page