Nouvelles

L’ambitieux projet d’exploitation à ciel ouvert du charbon à Taymyr pourrait coûter cher à la Russie en termes de pollution.

L’Arctique offre à la Russie des richesses naturelles de deux types contradictoires : des minéraux précieux et une faune spectaculaire. Si le déclin de la glace de mer arctique a menacé de nombreuses espèces, il a parallèlement généré une nouvelle opportunité économique pour la Russie dans cet habitat isolé.

Dans un décret publié l’année dernière, le président Vladimir Poutine a ordonné aux entreprises russes de porter le trafic de marchandises sur la route maritime du Nord à 80 millions de tonnes par an d’ici 2024.

En octobre, la Russie a signé d’ambitieux accords de coopération énergétique avec l’Inde à Vladivostok, dans l’extrême est de la Russie.

Dans l’extrême nord de la Sibérie centrale, il s’agit d’un grand projet d’extraction de charbon à ciel ouvert dans la péninsule de Taymyr, qui est riche en charbon à coke de haute qualité (anthracite), utilisé pour la fabrication de l’acier et de l’aluminium.

Dharmendra Pradhan, ministre indien du pétrole et du gaz naturel, a déclaré : « Nous sommes le deuxième plus grand importateur de charbon au monde, et nous avons l’intention d’atteindre une production de 3 millions de tonnes d’acier par an d’ici 2030, nous devons donc augmenter l’approvisionnement en charbon. »

Taymyr est également un havre de paix pour la faune et la flore, où se trouve la plus grande réserve naturelle de Russie, Bolshoi Arkticheskiy, qui couvre 4,2 millions d’hectares (16 200 miles carrés).

Outre le fait qu’il se présente à la télévision comme un défenseur de l’environnement et qu’il se détend dans la nature sauvage de la Sibérie, le président Poutine défend également les projets d’expansion des combustibles fossiles dans cette région sauvage.

Pour des pays comme la Chine, l’Inde et d’autres marchés asiatiques en pleine croissance qui sont avides de matières premières, la Russie stimule le commerce avec eux. L’objectif de 80 millions de tonnes fixé pour les livraisons dans l’Arctique passe par l’Extrême-Orient russe.

Mais ces expéditions comportent des risques considérables.

Lorsque les températures hivernales descendent en dessous de moins 20 °C, les brise-glace jouent toujours un rôle crucial, et les établissements isolés ne disposent pas des équipements nécessaires pour faire face à toute urgence en matière de pollution. En outre, les longs voyages vers l’Inde impliqueront des émissions de gaz à effet de serre supplémentaires dues au transport maritime.

On estime que 72 % des réserves totales de gaz de la Russie se trouvent dans l’Arctique, et des méga-projets de pétrole et de gaz sont très avancés plus à l’ouest, notamment dans la péninsule de Yamal.

La toundra côtière – les marais de Taymyr dont le sous-sol est gelé en permanence – est un lieu de nidification pour les oiseaux migrateurs pendant l’été arctique.

A lire aussi :  35 faits surprenants sur la surpopulation

Des ours polaires sont parfois aperçus à terre à Taymyr ; de vastes troupeaux de rennes errent et les harfangs des neiges chassent les lemmings. Selon Alexey Knizhnikov, défenseur de l’environnement au WWF Russie, le renne est aujourd’hui sérieusement menacé par le braconnage, sans compter la menace de la pollution.

« Développer de nouveaux projets dans une zone aussi sensible sur le plan écologique relève de la folie, à notre avis », a-t-il déclaré à la BBC.

La zone entourant la ville de Norilsk est fortement polluée par des métaux lourds et du dioxyde de soufre (SO2) provenant de la fonderie de minerai de Norilsk Nickel.

Selon une étude de Greenpeace publiée en août : « En termes de points chauds individuels, le complexe de la fonderie de Norilsk reste le plus grand point chaud d’émission de SO2 au monde. »

Il s’avère également que l’Inde est le principal émetteur de SO2 au monde.

Récemment, une baie située au sud de Dikson, qui est un minuscule port battu par les intempéries et l’une des localités les plus reculées du monde, est devenue une nouvelle zone de danger écologique.

Un gisement d’anthracite se trouve dans la baie de Medusa, qui fait partie de la réserve naturelle Bolshoi Arkticheskiy. Elle attire de grandes volées d’oiseaux, dont six espèces rares ou menacées, notamment le faucon, le faucon gerfaut, le faucon pèlerin, la bernache à cou roux, le petit cygne, le plongeon à tête blanche et le pygargue à queue blanche.

La compagnie de charbon à ciel ouvert, Vostokugol, est engagée dans une bataille juridique avec l’agence nationale de surveillance de l’environnement, Rosprirodnadzor, pour des violations minières. Elle a été condamnée à une amende de 601 millions de roubles (7,3 millions de livres sterling ; 9,4 millions de dollars) par un tribunal de Moscou parce que, bien qu’elle ne dispose que de permis de prospection, elle a extrait et exporté du charbon de Medusa Bay.

Elle a conclu un accord de production conjointe avec Coal India Limited, un géant industriel.

La zone qui comptait 3020 hectares où l’exploitation minière et les constructions connexes étaient interdites est désormais réduite à 1150 hectares.

Bien que se développant lentement, Vostokugol, ainsi que le gisement de charbon de Medusa Bay et deux terminaux charbonniers, sont conformes aux ambitions arctiques de M. Poutine, pour le chargement sur les navires.

Le terminal de Chaika est situé à seulement 1km (0,6 miles) de la réserve naturelle, selon Greenpeace. « À cette distance, lorsque le charbon est chargé au terminal, la poussière de charbon se déverse sur la réserve naturelle », indique la plainte déposée par Greenpeace contre le ministère des ressources naturelles.

A lire aussi :  La perte de glace au Groenland et en Antarctique s'accélère

Vostokugol prévoit d’exporter 20 millions de tonnes de charbon à partir de ce terminal d’ici 2024. Severnaya Zvezda, une autre entreprise, dispose également de licences pour exploiter le charbon à Taymyr.

La station biologique Willem Barents, un centre international de surveillance des oiseaux, se trouve à 2 km de la mine de charbon à ciel ouvert.

Le Dr Sergey Kharitonov, un biologiste qui s’y est rendu l’année dernière, a déclaré à la BBC que la poussière de charbon de la mine était déjà parvenue jusqu’à Dikson.

« Les populations d’oiseaux sont en danger, je suis inquiet pour leur avenir », a-t-il déclaré. « L’endroit a beaucoup de charbon, et il est apparemment facile et rentable de l’exploiter ».

Alexey Knizhnikov, du WWF, a déclaré :  » Il y a peu de transparence dans ce projet – il y a un manque de réglementation et ils n’ont fait aucune consultation publique. « 

Le troisième exportateur mondial de charbon (210mt en 2018) est la Russie, après l’Indonésie (439mt) et l’Australie (382mt), selon le rapport de la World Coal Association.

L’Inde a de plus en plus besoin de charbon à coke importé pour la métallurgie, explique Rohit Chandra, expert en charbon au Centre for Policy Research de Delhi.

La Russie a pour objectif de multiplier par six ses exportations de charbon vers l’Inde d’ici 2025, pour atteindre 28 millions de tonnes par an.

M. Chandra a déclaré à la BBC qu’un tel volume était « réaliste – il n’est pas massif par rapport aux normes internationales ». Chaque année, la Chine consomme beaucoup plus de charbon à coke que cela.

Plus tôt dans les années 1970, l’État russe, alors communiste, avait aidé l’Inde à s’industrialiser, a-t-il noté.

« La coopération de l’Inde avec la Russie est plus profonde qu’avec d’autres pays exportateurs de charbon », a-t-il déclaré. « C’est un partenaire fiable, et il y a beaucoup d’autres accords commerciaux [avec la Russie] ».

En outre, a-t-il ajouté, « les énergies renouvelables ne sont pas près de remplacer les sources d’énergie traditionnelles en Inde. »

Bouton retour en haut de la page