Nouvelles

L’avenir du monde s’assombrit alors que l’écart des émissions de carbone se creuse

Compte tenu de l’écart croissant entre les émissions de carbone, les pays devront multiplier par cinq leurs ambitions en matière de réduction des émissions de carbone pour éviter un réchauffement de la planète supérieur à 1,5 °C, selon les Nations unies. Même si toutes les promesses actuelles sont tenues, le monde se réchauffera de plus du double de cette quantité d’ici à 2100, selon le rapport annuel sur le déficit d’émissions.

Selon les auteurs, les pays les plus riches n’ont pas pu réduire leurs émissions assez rapidement.

Sur les 20 nations les plus riches, 15 n’ont pas fixé de calendrier pour les objectifs de réduction nette zéro.

Juste après le rapport de l’Organisation météorologique mondiale sur les concentrations de gaz à effet de serre, le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) a publié son bilan régulier des performances mondiales en matière de réduction des niveaux de ces polluants.

Le rapport sur le déficit d’émissions constate la différence sous-jacente entre les besoins en carbone à réduire pour éviter un réchauffement dangereux et les promesses auxquelles les pays se sont actuellement engagés, dans le cadre de l’accord de Paris sur le climat.

L’évaluation de l’ONU est assez directe. « Les conclusions sommaires sont sombres », indique le rapport. « Les pays n’ont pas réussi collectivement à stopper la croissance des émissions mondiales de gaz à effet de serre, ce qui signifie que des réductions plus importantes et plus rapides sont désormais nécessaires. »

Au cours de la dernière décennie, les émissions ont augmenté de 1,5 % par an, indique le rapport, et le total a atteint 55 gigatonnes d’équivalent CO2 en 2018, ce qui met la Terre sur la voie d’une augmentation de la température de 3,2 °C d’ici la fin du siècle.

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a averti l’année dernière que la vie humaine, végétale et animale sur la planète serait confrontée à des effets extrêmement néfastes si les températures pouvaient augmenter de plus de 1,5 degré au cours du siècle.

Selon le rapport, le monde doit réduire ses émissions de 7,6 % par an au cours de la prochaine décennie pour atteindre cet objectif.

A lire aussi :  Les émissions de carbone atteignent des niveaux sans précédent, avec l'aimable autorisation de Global Lockdowns

« Notre incapacité collective à agir rapidement et fermement contre le changement climatique signifie que nous devons maintenant réduire considérablement les émissions – plus de 7 % par an, si l’on répartit cette réduction de manière égale sur la prochaine décennie », a déclaré Inger Andersen, directrice exécutive du PNUE.

Le rapport met particulièrement en évidence les actions des pays les plus riches. Dans le groupe des 20 pays les plus riches (G20), qui sont responsables de 78 % de toutes les émissions, seuls l’UE, le Royaume-Uni, l’Italie et la France se sont engagés à atteindre des objectifs nets nuls à long terme.

Les sept pays membres du G20, dont l’Australie, le Brésil, le Canada, le Japon, la République de Corée, l’Afrique du Sud et les États-Unis, doivent prendre des mesures supplémentaires pour tenir leurs promesses actuelles.

Par exemple, les plans du Brésil ont été récemment révisés, « reflétant la récente tendance à l’augmentation de la déforestation. »

L’Inde, la Russie et la Turquie, ces trois pays sont tous en passe de dépasser leurs plans de 15 %, ce qui, selon les auteurs du rapport, est dû aux objectifs trop bas qu’ils se sont fixés au départ.

Pour l’Argentine, l’Arabie saoudite et l’Indonésie, les chercheurs ne sont pas sûrs qu’ils atteignent leurs objectifs ou non.

Quant aux trois autres pays ou régions, la Chine, l’Union européenne et le Mexique, ils devraient tenir leurs promesses, appelées contributions déterminées au niveau national (CDN), avec leurs politiques actuelles.

Selon les Nations unies, l’objectif de 1,5 °C sera largement dépassé si la plupart des pays n’apportent pas de sérieuses améliorations à leurs plans.

« Nous avons besoin de victoires rapides pour réduire les émissions autant que possible en 2020, puis de NDC plus solides pour lancer les transformations majeures des économies et des sociétés », déclare Inger Anderson.

« Nous devons rattraper les années au cours desquelles nous avons tergiversé », a-t-elle ajouté. « Si nous ne le faisons pas, l’objectif de 1,5C sera hors de portée avant 2030 ».

Certaines actions spécifiques sont décrites dans le rapport pour différents pays du G20.

A lire aussi :  Pas seulement dans le Pacifique, le réchauffement climatique alimente aussi les phénomènes météorologiques extrêmes dans l'océan Indien

Il est recommandé à l’Argentine de redoubler d’efforts pour inciter le public à utiliser largement les transports publics dans les grandes villes. La Chine est invitée à interdire toutes les nouvelles centrales électriques au charbon, mais des recherches récentes jettent le doute sur ce point.

Le système énergétique attire le plus grand nombre d’actions. Selon l’étude, pour atteindre l’objectif de 1,5 °C, le monde devrait supporter des dépenses allant jusqu’à 3 800 milliards de dollars par an entre 2020 et 2050.

Le rapport souligne que le temps presse et que les négociateurs de l’ONU, qui se préparent à se réunir la semaine prochaine à Madrid dans le cadre de la COP25, ressentent la pression pour accroître leurs ambitions en matière de carbone.

« C’est un nouveau rappel brutal du PNUE que nous ne pouvons plus retarder l’action climatique », a déclaré Teresa Ribera, ministre espagnole de la transition écologique.

« Nous en avons besoin à tous les niveaux, par chaque gouvernement national et infranational, et par le reste des acteurs économiques et de la société civile. Nous devons de toute urgence nous aligner sur les objectifs de l’Accord de Paris et élever l’ambition climatique.

« Il serait incompréhensible que les pays qui sont attachés au système des Nations unies et au multilatéralisme ne reconnaissent pas qu’une partie de cet engagement nécessite de nouvelles mesures climatiques. Sinon, il n’y aura que plus de souffrance, de douleur et d’injustice. »

Bouton retour en haut de la page