Nouvelles

BP dévoile son ambitieux plan pour atteindre une empreinte carbone nette zéro d’ici 2050

BP fixe des objectifs de réduction nette des émissions de carbone d’ici à 2050 et prévoit d’investir davantage dans les entreprises à faibles émissions de carbone. Le nouveau directeur général de BP, Bernard Looney, s’est fixé l’objectif ambitieux de réduire l’empreinte carbone de la société pétrolière à zéro d’ici 2050, en réduisant chaque année davantage d’émissions de gaz à effet de serre que celles produites par l’ensemble du Royaume-Uni.

Ce mois-ci, Bernard Looney, qui a remplacé Bob Dudley au poste de directeur général, a déclaré que BP devait changer, et c’est clair. Selon lui, l’objectif de BP serait de devenir une entreprise nette zéro d’ici 2050 ou plus tôt, en gérant « tout le carbone que nous retirons du sol ainsi que tous les gaz à effet de serre que nous émettons dans le cadre de nos activités. »

À l’instar des autres grandes entreprises pétrolières, BP se fixe pour objectif de réduire sa contribution à la crise climatique, ce qui nécessitera que cette entreprise pétrolière et gazière supprime 400 millions et plus d’émissions de carbone par an.

M. Looney s’attend à ce que BP « investisse davantage dans les activités à faible émission de carbone – et moins dans le pétrole et le gaz – au fil du temps ». Toutefois, les détails de la manière dont BP prévoit d’atteindre ces objectifs ne seront pas divulgués avant une réunion des investisseurs qui se tiendra en septembre.

« Aujourd’hui, il s’agit d’une vision, d’une direction de voyage », a-t-il déclaré à un public d’investisseurs et d’analystes du secteur. « Je comprends que vous vouliez voir plus qu’une vision. Nous n’avons pas cela pour vous aujourd’hui, mais nous l’aurons en septembre. La direction est fixée. Nous nous dirigeons vers le net zéro. Il n’y a pas de retour en arrière possible. »

BP continuerait à produire du pétrole et du gaz en 2050, a déclaré l’ancien responsable de l’activité de production pétrolière de BP, mais moins que ce qu’elle produit actuellement. Dans le cadre de sa stratégie « net zéro », BP devra réduire ou compenser les quelque 360 millions de tonnes d’émissions de gaz à effet de serre générées chaque année par la production de pétrole et de gaz, grâce à des mesures telles que la plantation d’arbres et les technologies de capture du carbone.

A lire aussi :  Le nombre d'animaux morts dans le terrible incendie qui a ravagé l'Australie pourrait dépasser le milliard.

M. Looney a assuré aux investisseurs que la société préserverait les 8 milliards de dollars, soit le montant versé chaque année en dividendes aux actionnaires, en devenant « une force du bien ainsi qu’un fournisseur de rendements compétitifs. »

Helge Lund, le président, a déclaré : « Le conseil d’administration soutient l’ambition de Bernard et de sa nouvelle équipe de direction pour BP. Viser le zéro net n’est pas seulement la bonne chose pour BP, c’est la bonne chose pour nos actionnaires et pour la société en général. »

Cet objectif écologique de BP a divisé l’opinion des défenseurs de l’environnement. Certains d’entre eux ont salué l’ambition de l’entreprise, tandis que d’autres ont critiqué l’absence d’un plan d’action clair.

Murray Worthy, chargé de campagne principal à Global Witness, a déclaré que l’engagement de BP en faveur d’un taux net zéro « ressemble à une tentative de faire des gros titres positifs par un nouveau PDG, mais avec peu de substance pour montrer comment il va réaliser ces grandes déclarations ».

Dire que l’entreprise investira davantage dans les technologies à faible émission de carbone et moins dans le pétrole et le gaz « au fil du temps » ne constitue pas un plan crédible pour atteindre le niveau zéro. »

Toutes les organisations qui ont collaboré avec les dirigeants de BP pour aider à lutter contre la crise climatique, notamment le groupe de pression des actionnaires Climate Action 100+, l’organisme d’investisseurs verts Follow This, les commissaires de l’Église d’Angleterre et le groupe d’investisseurs institutionnels sur le changement climatique (IIGCC), ont salué ces ambitions.

Stephanie Pfeifer, membre de Climate Action 100+ et directrice générale de l’IIGCC, a déclaré que les investisseurs attendraient avec impatience les progrès réalisés par BP. Il s’agit notamment de la manière dont l’entreprise investira davantage dans les activités non pétrolières et gazières, en veillant à ce que son activité de lobbying soutienne la mise en œuvre de l’accord de Paris.

A lire aussi :  35 faits surprenants sur la surpopulation

L’entreprise prévoyait d’augmenter sa production de pétrole et de gaz d’environ un cinquième entre 2018 et 2030, alors même que le monde serait sur la voie d’un réchauffement global catastrophique et d’une crise climatique galopante pour l’augmentation de la production de combustibles fossiles, a révélé une enquête du Guardian l’année dernière.

« Je sais que beaucoup peuvent douter de nos intentions, sur la base d’incohérences apparentes entre ce que nous disons et ce que nous faisons. Je comprends cela », a déclaré Mme Looney. « Nous prenons des mesures pour aligner plus fermement et visiblement nos intentions avec nos actions et devenir beaucoup plus transparents. »

Le rôle de BP dans le lobbying serait plus actif pour les politiques qui encourageraient l’action sur la crise climatique et réduirait son coût de sponsoring de la réputation de l’entreprise tout en redirigeant les fonds vers la promotion de l’action climatique.

Le plan de Looney pour une BP plus verte est également l’une des révisions les plus radicales de l’entreprise depuis des décennies.

La distinction traditionnelle entre l’amont, qui produit le pétrole et le gaz, et l’aval, qui raffine les combustibles fossiles pour vendre les produits pétroliers de BP, sera remplacée. En revanche, quatre nouveaux domaines d’activité : production et opérations, clients et produits, gaz et énergie à faible émission de carbone, et innovation et ingénierie, verront le jour.

« Nous serons toujours une société énergétique, mais d’un type différent », a déclaré M. Looney.

Bouton retour en haut de la page